L’Intérieur va aider les familles des jihadistes belges en Syrie

Le centre de crise du ministère de l’Intérieur a activé lundi une adresse e-mail permettant aux familles des jeunes Belges partis se battre en Syrie de réagir. L’adresse syrie@ibz.fgov.be a été ouverte lundi pour permettre à ces familles de demander de l’aide ou d’informer discrètement les autorités.

Ch. Ly.

Task-Force

Le centre de crise du ministère de l’Intérieur a activé lundi une adresse e-mail permettant aux familles des jeunes Belges partis se battre en Syrie de réagir. L’adresse syrie@ibz.fgov.be a été ouverte lundi pour permettre à ces familles de demander de l’aide ou d’informer discrètement les autorités.

C’est l’une des décisions prises lundi lors de la première réunion de la Task-force que Joëlle Milquet, ministre de l’Intérieur, a mise sur pied après les révélations dans la presse sur un nombre anormalement élevé de jeunes Belges partis se battre en Syrie. Il y en aurait une septantaine, parfois très jeunes. Certains se battent dans les rangs de l’Armée syrienne libre (ASL) mais d’autres ont rejoint des groupes islamistes. Plusieurs ont été enrôlés dans les rues de Bruxelles, Vilvorde ou Anvers et sont partis du jour au lendemain. Les services de renseignement les découvrent sur les nombreuses vidéos que ces groupes postent sur YouTube. Pour Joëlle Milquet, le problème était connu des autorités mais il fallait mieux coordonner et impliquer les zones de police et les bourgmestres. C’est décidé depuis lundi.

La ministre CdH estime aussi que la nouvelle loi sur le terrorisme (18/02/2013) visant à sanctionner ceux qui incitent au terrorisme, ceux qui recrutent et ceux qui forment des terroristes est suffisante. Ce n’est pas l’avis du député Denis Ducarme (MR). "On n’est pas dans l’antiterrorisme", nous dit-il, mais dans le cas où des gens s’engagent avec le risque qu’ils deviennent terroristes par après. "Je demande au gouvernement de prendre l’arrêté royal qui active la loi de 1979 et qui sanctionne l’engagement individuel". Cette loi s’applique à ceux qui s’engagent au profit d’une armée ou d’une troupe étrangère. "Il faut réagir avec plus de poigne".

Sur le même sujet