Deux jihadistes belges auraient été tués en Syrie

Le député libéral Denis Ducarme a indiqué jeudi au Parlement qu’il avait "des informations" sur la mort de deux ressortissants belges en Syrie, partis se battre du côté des rebelles.

Ch. Ly.
Deux jihadistes belges auraient été tués en Syrie
©AP

Le député libéral Denis Ducarme a indiqué jeudi au Parlement qu’il avait " des informations " sur la mort de deux ressortissants belges en Syrie, partis se battre du côté des rebelles. " Des cérémonies de condoléances ont eu lieu à Bruxelles", a-t-il dit dans une question posée à la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet. Celle-ci n’a pas confirmé ou infirmé cette information. Les Affaires étrangères n’avaient hier soir aucune information à ce propos mais encouragent " toute personne concernée par une telle situation à la signaler aux autorités, en priorité à la police et au ministère de l’Intérieur".

Jusqu’ici, la Sûreté avait estimé à une septantaine le nombre de jihadistes belges partis se battre en Syrie. On en serait actuellement à 80. " Le recrutement se poursuit. Ces quinze derniers jours, il y aurait eu dix jeunes de plus qui seraient partis", a assuré M. Ducarme.

Invitée à mieux informer le Parlement sur les filières qui amènent ces jeunes à partir se battre en Syrie, la ministre a rétorqué qu’elle n’avait pas attendu les articles dans la presse pour agir. "Croire que parce qu’on ne communique pas, on ne fait rien, c’est mal connaître les principes qui régissent la sécurité d’un pays ", a-t-elle dit. Joëlle Milquet a indiqué que la Belgique travaillait avec plusieurs pays pour identifier les groupes que rejoignent les ressortissants belges, dont la Turquie et la France.

Le recrutement a commencé dans la région anversoise il y a un an, puis s’est étendu il y a six mois à Bruxelles.

L’un des Belges décédés en Syrie serait prénommé Shaun et originaire de Laeken. Il est mort le 15 mars, selon un témoignage fiable recueilli par le député Georges Dallemagne.

Le second serait originaire de Bruxelles-Ville. Denis Ducarme tient cette information d’un membre de la communauté musulmane rencontré jeudi. La deuxième victime serait partie avec un groupe de quatre jeunes il y a quinze jours à peine. Les parents auraient été avertis par un coup de fil de Syrie.

Sur le même sujet