Pouvoirs royaux: la N-VA insiste

Pendant que nos voisins du nord fêtaient leur nouveau Roi, la N-VA exhortait la commission de l'Intérieur à mettre en place une sous-commission pour évoquer les pouvoirs royaux en Belgique.

Pouvoirs royaux: la N-VA insiste
©BELGA
Christian Laporte

C’est du belge pur jus : pendant qu’à Amsterdam, le peuple néerlandais manifestait mardi, son enthousiasme pour le nouveau roi Willem-Alexander, la commission de l’Intérieur de la Chambre était invitée par la N-VA à mettre le plus rapidement possible en place une sous-commission pour se pencher sur les pouvoirs royaux en Belgique.

Que ce soit par la porte ou par la fenêtre, le parti séparatiste flamand entend à tout prix imposer son projet qui doublonne singulièrement avec une résolution du Sénat de 2009 qui, adoptée à une très large majorité aussi bien flamande que francophone, entend définir le cadre du prochain règne. Avec notamment une sérieuse diminution des dotations qui seraient réservées désormais au seul héritier du trône et à la veuve du Roi et un contrôle des budgets palatiaux. Mais cette avancée n’a nullement tempéré les ardeurs de Theo Francken qui, presque toutes les semaines, bombarde le gouvernement de questions sur la monarchie et ses coûts sans jamais envisager ce qu’elle rapporte au pays.

Rebelote donc mardi. Le député nationaliste flamand a une fois encore argué que "la succession d’Albert II par le prince Philippe serait le moment idéal pour faire entrer la monarchie dans le XXIe siècle" .

D’emblée, le parlementaire nationaliste s’est heurté au PS qui ne voit pas la nécessité d’aborder cette question en urgence alors qu’il y a bien d’autres dossiers à voter avant les prochaines élections législatives. Le député-bourgmestre de Binche, Laurent Devin, a fait valoir qu’il fallait d’abord se concentrer sur d’autres réformes prioritaires dont celle de l’Etat qui demande beaucoup de temps et d’énergie. Et de faire remarquer aussi que la majorité avait bien avancé pour ce qui est des pouvoirs royaux, notamment dans la foulée des révélations sur la fondation de la reine Fabiola.

Du côté flamand Patrick Dewael (Open VLD) et Bercy Slegers (CD&V) ont suggéré de confier ce débat non pas à une nouvelle sous-commission mais à la commission chargée des réformes institutionnelles. Cela dit, l’ancien ministre libéral n’a pas exclu un débat pour moderniser la monarchie.

Theo Francken - décidément jusqu’au-boutiste - a annoncé qu’il reviendrait à la charge à la Conférence des présidents. Avec la ferme intention de créer une sous-commission sur la monarchie dans la commission des réformes institutionnelles

Sur le même sujet