Explosion à Schellebelle: le conducteur roulait trop vite

Le bilan de l'accident est d'un mort et 93 blessés. Les victimes ont été intoxiquées par les émanations de produits chimiques, à la suite de l'explosion de plusieurs wagons, dans la nuit de vendredi à samedi.

Explosion à Schellebelle: le conducteur roulait trop vite
©Belga
Belga

Comme nous vous le précisions dans notre édition de ce lundi, tous les éléments semblent indiquer que le conducteur néerlandais du train de marchandises impliqué dans l'accident qui a provoqué une explosion de wagons à Wetteren, roulait à une vitesse plus de deux fois supérieure à la limite autorisée. Il aurait ignoré un signal de freinage et poursuivi sa route, ressort-il de son appel d'urgence peu après l'accident, rapporte mardi De Morgen.

Le conducteur a émis un appel d'urgence samedi peu après 2h dans lequel il explique qu'il vient de dérailler. Lorsque l'opérateur lui demande davantage d'informations, il répond qu'il roulait trop vite. "J'ai probablement manqué le signal", déclare-t-il notamment.

L'enquête judiciaire confirme une vitesse excessive, selon plusieurs sources au sein des chemins de fer. A l'approche de l'aiguillage, le train roulait à 80 km/h alors qu'un signal émis près de 1,5 km plus tôt lui intimait de freiner jusqu'à une vitesse de 40 km/h.

Des analyses montrent que le machiniste a même continué à accélérer. A 100 mètres de l'aiguillage, il a aperçu un deuxième signe 4, qui signifie 40 km/h. C'est seulement à ce moment-là qu'il a compris son erreur.

Le conducteur a plus de 25 ans d'expérience et présentait jusqu'ici un état de service irréprochable, selon De Morgen.

Le bilan de l'accident est d'un mort et 93 blessés. Les victimes ont été intoxiquées par les émanations de produits chimiques, à la suite de l'explosion de plusieurs wagons d'un train de marchandises à Schellebelle (Wetteren), dans la nuit de vendredi à samedi. Certains riverains n'ont toujours pas pu réintégrer leur domicile.

Des niveaux élevés de toxicité mesurés dans un puits

De très hauts niveaux de toxicité ont été mesurés dans un puits situé à l'intersection de deux rues à Wetteren, a indiqué mardi après-midi le gouverneur Jan Briers lors d'une conférence de presse.

Ces deux rues ont à nouveau été évacuées mardi matin. "Nous y avons mesuré 600 ppm (parties par million), soit un taux six à huit fois plus important que la concentration létale", a précisé Christian Van de Voorde des pompiers de Gand. U

ne centaine de personnes ont été à nouveau évacuées mardi matin, a rapporté le centre de crise. "Mardi matin, des niveaux élevés de toxicité ont été découverts dans un puits. Par précaution, les habitants de plusieurs rues ont été évacués dans de bonnes conditions de sécurité. Vingt d'entre eux se trouvent dans un centre d'accueil. Entre-temps, il semble que toutes les mesures dans les maisons et dans les égouts de ces rues soient rassurantes, à l'exception de ce puits."

Dix équipes continuent à mesurer en permanence à différents endroits, a encore précisé le centre de crise.

Sur le même sujet