Fin de la saga Fyra: une décision "logique et nécessaire", selon Labille

Le verdict est tombé aujourd'hui. La SNCB va casser le contrat conclu avec le constructeur italien des trains à grande vitesse Fyra et refuser la livraison des trois trains prévus.

Fin de la saga Fyra: une décision "logique et nécessaire", selon Labille
©BELGA
Belga

La décision de la SNCB de renoncer au projet Fyra est "logique et nécessaire", a affirmé vendredi le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille. Il a invité la société ferroviaire à trouver une solution structurelle en instaurant au plus vite une liaison "sûre, régulière et de qualité" entre la Belgique et les Pays-Bas, selon son cabinet.

Le ministre PS a dit entre autres partager les préoccupations de Toerisme Vlaanderen, l'administration flamande du tourisme qui réclame une liaison ferroviaire à grande vitesse dans l'intérêt du secteur qu'elle promeut. M. Labille ne s'est pas prononcé pas sur des options concrètes, laissant à l'entreprise publique autonome le soin d'avancer elle-même ses propositions.

Une rupture du contrat avec Fyra

Le conseil d'administration de la SNCB a décidé vendredi de donner mandat à son CEO, Marc Descheemaecker, de casser le contrat conclu avec le constructeur italien des trains à grande vitesse Fyra, AnsaldoBreda, et de refuser la livraison des trois trains prévus pour la SNCB, a annoncé M. Descheemaecker au cours d'une conférence de presse.

Le CEO de la SNCB a également reçu mandat pour lever la garantie bancaire couvrant les avances de 37 millions d'euros déjà payées par la SNCB pour la commande. La SNCB entend aussi obtenir réparation auprès d'AnsaldoBreda, via la voie judiciaire, des dommages qu'elle a subis et évalués à "plusieurs millions d'euros".

Les analyses effectuées sur les trains ont mis en lumière des "lacunes fondamentales" dans la conception des trains Fyra (V250), ce qui posait des risques importants tant au niveau de la fiabilité que de la sécurité, a souligné la SNCB.

Etant donné la suppression du service des Fyra, la SNCB va étudier la mise en place d'une relation directe IC entre Anvers et Roosendaal durant les mois d'été ainsi que d'une relation directe Anvers-Eindhoven. En tant qu'actionnaire de Thalys, la SNCB va également demander un renforcement de l'offre de Thalys entre Paris et Bruxelles et Amsterdam.

Le service de trains Fyra entre Bruxelles et Amsterdam, mis en place fin 2012, soit cinq ans plus tard que le calendrier initialement prévu, avait connu une succession de graves problèmes techniques qui avaient conduit à sa suspension en janvier dernier pour une durée indéterminée.

Sur le même sujet