Les dossiers Dutroux et Lelièvre mis en attente

Marc Dutroux ne passera devant le tribunal de l'application des peines de Bruxelles qu'au mois d'octobre. Quant à Michel Lelièvre, le TAP se prononcera le 17 juin sur sa demande de détention limitée.

Belga
Les dossiers Dutroux et Lelièvre mis en attente
©Montage (Belga)

L'audience de Marc Dutroux devant le tribunal de l'application des peines de Bruxelles a été reportée au 7 octobre, a indiqué son avocat Pierre Deutsch à la sortie du tribunal, sans fournir d'informations supplémentaires.

Son client devait normalement comparaître ce lundi pour sa demande de libération conditionnelle. Marc Dutroux, condamné à la réclusion à perpétuité, remplit depuis le 30 avril les conditions pour demander sa libération conditionnelle. Sa demande doit notamment s'appuyer sur un plan de réinsertion détaillé et réaliste.

Mais plusieurs médias avaient déjà évoqué ce week-end que son avocat demanderait une demande de report d'audience, le dossier de réinsertion étant incomplet.

Le TAP se prononcera le 17 juin pour Michel Lelièvre

Le tribunal de l'application des peines (TAP) de Bruxelles se prononcera le lundi 17 juin, en audience publique, sur le dossier introduit par Michel Lelièvre, condamné à 25 ans de prison pour association de malfaiteurs impliquée dans les enlèvements d'enfants, enlèvements et séquestrations ainsi que pour trafic de drogue. Le TAP a traité lundi sa demande de libération conditionnelle. Il remplit depuis huit ans les conditions de libération conditionnelle mais celle-ci lui a toujours été refusée.

Les débats se sont surtout focalisés sur la possibilité de lui octroyer une détention limitée, a précisé Luc Hennart, à l'issue de l'audience, lors d'un point presse. La détention limitée pourrait par exemple lui permettre de suivre une formation en journée, hors des murs de la prison, avant d'y retourner pour exécuter sa détention le soir et les week-ends. "Elle peut également être considérée comme une première étape vers la mesure de libération conditionnelle", a ajouté le président du tribunal de première instance de Bruxelles.

Lors de l'audience du TAP, les victimes et leur conseil ont également fait valoir certaines conditions à cette détention limitée, notamment géographiques. Me Rivière, l'avocat de Sabine Dardenne, a notamment demandé que Michel Lelièvre ne puisse pas se rendre dans le Hainaut, dans le Brabant wallon et dans la région de Bruxelles-Capitale, afin d'éviter toute rencontre avec sa cliente, a-t-il expliqué à l'issue de l'audience. Me Rivière a également dénoncé le fait que les parties civiles au procès Dutroux n'aient pas accès au dossier. "Il est inconcevable de demander à des avocats de plaider un dossier qu'ils ne peuvent pas lire", a-t-il regretté.

Sur le même sujet