Happart : "Bien sûr queje reste président de Bierset"

Par communiqué de presse, André Antoine, ministre wallon responsable des aéroports, a appelé José Happart à tirer personnellement les conclusions de sa toute fraîche inculpation. Sous-entendu : c’est au Fouronnais de voir s’il démissionne ou non de son mandat à Bierset. Contacté hier à ce sujet, l’actuel président du conseil d’administration de la société qui gère Liège-Airport a une réponse qui a le mérite d’être claire : "Bien sûr que je reste" , a-t-il confié.

F.C.

Présomption

Par communiqué de presse, André Antoine, ministre wallon responsable des aéroports, a appelé José Happart à tirer personnellement les conclusions de sa toute fraîche inculpation. Sous-entendu : c’est au Fouronnais de voir s’il démissionne ou non de son mandat à Bierset. Contacté hier à ce sujet, l’actuel président du conseil d’administration de la société qui gère Liège-Airport a une réponse qui a le mérite d’être claire : "Bien sûr que je reste" , a-t-il confié.

A l’égard de sa décision de rester à la tête du CA de Liège-Airport, il est vrai qu’une inculpation ne veut pas dire forcément culpabilité ou condamnation. Du reste, André Antoine rappelle également le principe de la présomption d’innocence dont doit jouir l’ancien président (PS) du parlement wallon : "Le gouvernement wallon a pris connaissance de l’inculpation du Président de la Société de gestion de l’aéroport de Bierset (SAB), José Happart, pour faux en écriture et corruption dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Liège , écrit le cabinet Antoine. Le gouvernement wallon tient à rappeler la primauté de la présomption d’innocence face à toute inculpation. Pour le ministre en charge de la politique aéroportuaire, il appartient dès lors au Président de la Société de gestion de l’aéroport de Bierset (SAB) d’évaluer personnellement si cette inculpation affecte l’exercice de sa fonction et de prendre les mesures adéquates au regard de ses conclusions."

Hier matin, José Happart a réagi par communiqué auprès de l’agence Belga : il affirme que l’inculpation "est reçue avec beaucoup de sérénité" et tient à rappeler que "la présomption d’innocence subsiste au-delà de la notion d’inculpation" .

Pour rappel, cette inculpation s’inscrit dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Liège à la suite d’une plainte déposée en 2007 par un entrepreneur français, déclarant avoir reçu la promesse de José Happart d’obtenir des marchés publics. En échange de cette promesse, l’entrepreneur aurait accepté de construire à très bon prix une maison pour une amie du président de la SAB. D’après l’entrepreneur, José Happart n’a pas respecté ses engagements et c’est pourquoi il s’en est plaint à la Justice liégeoise. Le dossier a été mis à l’instruction fin 2008 et a donné lieu à une série de perquisitions.