Chaud et lumineux juillet 2013

Températures élevées, ensoleillement généreux et jours de pluie rares. Juillet 2013 n’a pas battu de records mais a marqué les esprits.

J.-C.M.

Le mois de juillet n’est pas encore fini mais il est temps d’en dresser, avec la prudence qui s’impose, tous les chiffres n’étant pas “rentrés”, le bilan météo.

Une chose est sûre : la température aura été anormalement élevée. Elle était le 29 au soir de 20,3°C et selon Marc Vandiepenbeeck, climatologue à l’Institut royal météorologique (IRM), les choses ne devraient plus évoluer sauf à perdre un dixième de degré. La normale est de 18,4°C. En juillet 2006, le mercure avait flirté avec les 23°C de moyenne, à comparer avec les 13,4°C de 1841.

L’ensoleillement était, mardi matin, de 264,5 heures, à quoi, selon M. Vandiepenbeeck, on devrait ajouter une dizaine d’heures pour clôturer sur un bilan de 275 heures environ. La normale est de 200,7 heures. On se dirige donc vers une situation très anormale. En juillet 2006, le soleil avait brillé 314,1 heures durant pour seulement 92,1 heures en 2000.

Autre paramètre atypique, le nombre de jours de pluie. Il était de 7 au soir du 29 juillet, ce qui est exceptionnel. On est passé à 8 mardi, ce qui est très anormal. S’il pleut ce jeudi, la situation deviendrait anormale. La moyenne est de 14 jours. On a atteint les 29 jours en 1936 mais seulement deux jours en 1885. A noter qu’il n’est pas tombé une goutte de pluie entre le 4 et le 22 juillet.

Rayon pluviosité, on en était à 62 mm lundi soir, alors que la normale est de 73,5 mm. Cette donnée évoluera d’ici le matin du 1er août. Dans quelles proportions ? “Difficile à dire”, commente Marc Vandiepenbeeck. “Il faut savoir que cette valeur a été alimentée aux deux tiers en une seule journée, par un gros orage.” En 1942, juillet avait été très arrosé, avec 196,5 mm de pluie alors que juillet 1885 fut très sec, avec 2,9 mm seulement.

Juillet 2013 a par ailleurs vécu une vague de chaleur qui s’est étendue du 14 au 27. Pendant cette période, la température diurne a constamment dépassé les 25°C et au cours de l’épisode, elle a atteint les 30°C à trois reprises, à savoir les 21, 22 et 23. La dernière vague de chaleur remontait à 2006, nous expliquait, mardi, Marc Vandiepenbeeck.

Le climatologue annonce une nouvelle “bouffée” caniculaire pour jeudi et vendredi (le thermomètre pourrait s’envoler jusqu’à 36°C en certains endroits du pays), des températures oscillant entre 25°C et 30°C entre le samedi 3 et le mardi 6 puis un retour aux normales saisonnières jusqu’au 13.

Il évoque par ailleurs des nuits difficiles (plus de 20°C) vendredi, samedi et lundi. Il devrait pleuvoir samedi et du 6 au 13, les risques de précipitations et de couverture nuageuse sont réels.