"Bruxelles n'appartient à personne mais aux seuls Bruxellois"

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS) a salué vendredi, à l'occasion de la Fête de la Fédération, le récent accord intra-francophone de la Saint-Emilie, lequel consacre "la reconnaissance totale et entière de Bruxelles en tant que Région"

Belga
"Bruxelles n'appartient à personne mais aux seuls Bruxellois"
©BELGA

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS) a salué vendredi, à l'occasion de la Fête de la Fédération, le récent accord intra-francophone de la Saint-Emilie, lequel consacre "la reconnaissance totale et entière de Bruxelles en tant que Région", a-t-il vanté. Dans un discours prononcé devant les différentes autorités du pays lors d'une réception officielle organisée à l'hôtel de ville de Bruxelles, M. Demotte a loué un mécanisme qui "jette les ponts entre les entités".

Evoquant l'évolution institutionnelle du pays imprimée par la sixième réforme de l'Etat, il a estimé que celle-ci appelait à des "relations équivalentes avec la Flandre".

"Je dois le rappeler, nous partons de l'évidence que Bruxelles n'appartient à aucune communauté extérieure, mais bien aux Bruxellois, et s'inscrit dans des relations partenariales égales avec les entités voisines respectueuses de son statut", a-t-il insisté.

Face aux changements institutionnels en cours et à venir, le ministre-président a invité les francophones à faire preuve de confiance.

"Nous ne devons pas craindre ces changements tant au niveau des structures que des compétences. Il ne tient qu'à nous de faire que ces évolutions que nous savons inévitables deviennent à la fois souhaitables et bénéfiques pour tous", a-t-il plaidé.

Au lendemain de la conclusion du budget 2014 par les entités sudistes, le ministre-président a estimé vendredi que la Wallonie avait à cette occasion fait preuve d'une "profonde solidarité" envers la Fédération Wallonie-Bruxelles, "tout comme la Région bruxelloise qui (...) contribuera à permettre à l'ensemble des entités fédérées du pays d'être à l'équilibre", a-t-il ajouté.

Sans cette "solidarité régionale", la Fédération Wallonie-Bruxelles aurait dû consentir des efforts "infiniment plus importants", selon lui.

Il s'est à cette occasion félicité que les moyens consacrés à l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles aient "pu être conservés" lors de l'élaboration du budget 2014.

Prononçant son dernier discours du 27 septembre de la législature, M. Demotte en a profité pour rappeler quelques acquis politiques engrangés ces derniers mois, comme le décret Paysage de l'enseignement supérieur, le nouveau financement du FNRS ou encore le plan Cigognes III pour l'accueil de la petite enfance.

S'exprimant juste avant M. Demotte, le président du Parlement de la Fédération, Jean-Charles Luperto (PS) a lui répliqué à la N-VA qui remet régulièrement en cause la place de la Belgique au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie.

"La Belgique francophone, qui a aussi son Premier ministre francophone, est un label en soi sur la scène et sur le plan international", a-t-il souligné.

"Ceux qui osent s'attaquer à la position de la Belgique dans le cadre de la Francophonie internationale avancent des concepts et des idées qui sont à l'exact opposé des valeurs défendues par cette même Francophonie: la diversité culturelle, l'ouverture sur le monde et, à travers la défense du français, la défense des autres langues..." a taclé M. Luperto.