Les pompiers promettent de s'inviter à nouveau aux discussions du kern

Les pompiers se sont mis en route en début de soirée vers le Lambermont alors que les discussions du kern étaient en cours. Ils voulaient faire part de leur mécontentement concernant l'absence de financement complémentaire pour les pompiers du pays.

Belga
Les pompiers promettent de s'inviter à nouveau aux discussions du kern
©Demoulin Bernard

"Nous reviendrons demain (lundi)", a promis dimanche soir Marc Gilbert, président de la Fédération royale des corps de sapeurs-pompiers de Belgique, après avoir exprimé plus tôt dans la soirée son mécontentement concernant l'absence de financement complémentaire pour les pompiers du pays à l'issue des discussions des ministres du comité ministériel restreint, qui tentent de s'accorder sur le budget 2014 et sur des mesures de relance de l'économie. Plusieurs pompiers des casernes du pays avaient fait la route jusqu'au Lambermont alors que les discussions du kern étaient en cours.

"Quand nous sommes arrivés, les discussions étaient évidemment terminées", a déploré Marc Gilbert. Mais d'après lui, les pompiers reviendront en force lundi. Pour exprimer leur mécontentement, les hommes du feu n'excluent pas de pénétrer la "zone neutre" pour arroser avec leurs autopompes les façades du Lambermont.

Parmi ceux-ci, les pompiers de Bruxelles ont publié un communiqué dimanche soir. "Les pompiers de Bruxelles sont de nouveau oubliés par le financement de la réforme des services d'incendie. Nous allons aussi agir! Le gouvernement fédéral ne tient pas ses promesses", indiquent-ils.

"Nos autopompes sont prêtes"

"Nous sommes prêts à aller à l'affrontement. Nos autopompes sont prêtes", avait averti dimanche soir à l'agence Belga Marc Gilbert, président de la Fédération royale des corps de sapeurs-pompiers de Belgique, très énervé après avoir appris "de source sûre" qu'aucun financement complémentaire ne serait débloqué pour les pompiers alors que les discussions concernant le conclave budgétaire sont toujours en cours.

"Nous proposions plusieurs pistes pour faire des économies. Aucune n'a été suivie", explique Marc Gilbert, qui espérait que le conseil des ministres adopte notamment des mesures de financement au travers des primes d'assurance. "Cela représente un euro par mois par famille, soit douze euros par an par famille, c'est le prix de deux paquets de cigarette pour sauver des vies", explique-t-il. "Nous demandions aussi une diminution des centrales 112 en Belgique. Il y en a une par province. Nous demandions une par région", ajoute-t-il.

Mais pour Peter Vansintjan, chef de cabinet de la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, "il est trop tôt pour dire qu'on n'a pas d'argent pour les pompiers alors que le conclave est toujours en cours. On continue à faire ce qui est possible pour débloquer de l'argent", a-t-il indiqué dimanche.