Mort d'un Afghan : "La politique de retour volontaire de Maggie De Block a tué un homme"

Un jeune Afghan dont la demande d'asile avait été rejetée en Belgique en 2012 et qui avait été renvoyé en Afghanistan aurait été tué, selon un de ses amis. Le Collectif des Afghans déplore dans un communiqué "une erreur d'appréciation du CGRA et la politique de retour volontaire de Maggie de Block qui ont tué un homme".

Mort d'un Afghan : "La politique de retour volontaire de Maggie De Block a tué un homme"
©Photonews
Rédaction en ligne

Un jeune Afghan dont la demande d'asile avait été rejetée en Belgique en 2012 et qui avait été renvoyé en Afghanistan aurait été tué, selon un de ses amis. "Le collectif des Afghans, qui manifeste depuis plusieurs semaines en Belgique pour exiger des cartes de séjour, a réagi à la mort probable de leur compatriote dans un communiqué. "Depuis des semaines, nous manifestons pour faire entendre au gouvernement que nous ne pouvons pas retourner en Afghanistan", écrivent-ils.

"Aref est arrivé en Belgique le 11 mars 2009. Le CGRA lui a refusé l’asile au motif que sa crainte des Talibans n’était pas crédible et que sa région dans la province de Kaboul n’était pas dangereuse. Il a vainement expliqué qu’il était en danger. Il a redemandé l’asile quatre fois. Sans succès. En 2013, il a accepté un retour volontaire, après avoir passé des semaines à dormir à la gare du Nord. Il a été tué par balles à Paghman, comme il le craignait". "L’erreur d’appréciation du CGRA et la politique de retour volontaire de Maggy Deblock ont tué un homme", concluent-ils.


L'information concernant les circonstances de sa mort n'a pas été confirmée par Ivo Flachet, du Collectif Progress Lawyers.

"J'ai appris son décès par son ami Ajmal Arabzadah", a précisé l'avocat, qui n'a rien pu dire lundi concernant les circonstances dans lesquelles Aref a été tué. "Nous étudions le dossier. Aref était le client d'un de mes confrères qui a depuis quitté notre bureau et travaille à l'étranger". Aref, 20 ans, était un réfugié afghan originaire de la province de Nangarhar, qui avait introduit une demande d'asile en Belgique en mars 2009. Cette demande et les suivantes, dont la dernière date de l'été 2012, avaient été refusées et Aref avait été renvoyé en Afghanistan."Voilà pourquoi nous demandons un moratoire sur le renvoi de demandeurs d'asile vers des pays en guerre", a-t-il déclaré.




Sur le même sujet