Affaire Wesphael : la rédaction de la RTBF doit se méfier de Sudpresse

Avec la tornade médiatique qui a suivi l'annonce du décès de la compagne du député wallon, plusieurs médias ont décidé de traiter en priorité cette information de nature judiciaire. Parfois de manière un peu trop précipitée et imprécise.

Affaire Wesphael : la rédaction de la RTBF doit se méfier de Sudpresse
©BELGA
Frédéric Chardon

Avec la tornade médiatique qui a suivi l'annonce du décès de la compagne du député wallon Bernard Wesphael, plusieurs médias ont décidé de traiter en priorité cette information de nature judiciaire. Parfois de manière un peu trop précipitée et imprécise. Notamment sur la question de la responsabilité réelle ou non de Bernard Wesphael dans ce drame… 

Bien entendu, la question est extrêmement délicate et mérite beaucoup de précaution déontologique. Du coup, vu les risques de dérapages médiatiques, Jean-Pierre Jacqmin, le directeur de l'info à la RTBF a envoyé cette semaine un mail à ses journalistes radio et télé. Il les met en garde, en particulier contre les éditions du groupe Sudpresse (La Meuse, La Capitale, La Nouvelle Gazette…) dans l'affaire Wesphael.

"Je voudrais attirer votre attention sur la nécessité absolue de recouper les informations que nous diffusons à l'antenne, même si ces informations proviennent de la presse écrite. Nous estimons (…) qu'il ne suffit pas de citer la source d'une information non recoupée par nos soins pour justifier de diffuser des éléments qui ne sont pas probants. Je vous demande donc une vigilance particulière par rapport à des informations de certains journaux, pour ne pas le citer, entre autres, du groupe Sudpresse, informations que nous avons été obligés de démentir ou de rectifier par la suite. (…) Nous ne déléguons pas notre ligne éditoriale à d'autres médias, qui ont leurs propres règles et valeurs."

Sur le même sujet