De grands dossiers judiciaires "revus" par VTM dérangent

Il n’est pas peu paradoxal qu’un nouveau feuilleton puisse déraper avant de passer à l’antenne et connaître des problèmes de diffusion qui pourraient se régler au prétoire. La controverse gonfle en Flandre autour d’une série de fiction de la télé privée.

Christian Laporte
De grands dossiers judiciaires "revus" par VTM dérangent
©Photo News

Gare au déraillement… Il n’est pas peu paradoxal qu’un nouveau feuilleton qui a pour nom "Ontspoord", en l’occurrence "Déraillé" puisse déraper avant de passer à l’antenne et connaître des problèmes de diffusion qui pourraient se régler au prétoire. C’est pourtant ce qui risque d’arriver ces prochaines semaines à la nouvelle série de VTM qui a décidé de "fictionnaliser" six grandes affaires judiciaires qui ont marqué la Flandre ces dernières années.

Le "hic" ? C’est qu’à la fois les proches des victimes mais aussi leurs avocats attendent la télé privée au tournant, se réservant le droit d’ester en justice si d’aventure la chaîne privée ne prenait que trop de libertés avec l’affaire telle qu’elle a été jugée ou telle qu’elle est encore en cours puisqu’il est aussi prévu de consacrer un épisode à l’ex-évêque pédophile Roger Vangheluwe…

C’est devenu, semble-t-il, un nouveau cheval de bataille des télés flamandes que de proposer des "biopics" sur des personnalités qui ont fait l’actualité mais en les épiçant d’éléments pas nécessairement vérifiés ou très romancés.

Dans un tout autre secteur mais pas moins porteur en termes d’audiences, la VRT a proposé il y a quelques mois une série "Albert II" qui a pris pour le moins une certaine licence avec les réalités royales.

Si le Palais n’a pas réagi, c’était justement pour ne pas faire une publicité complémentaire inutile. Dans ce cas-ci, il en va tout autrement. "Ontspoord" s’est ouvert mercredi soir par un rappel de l’affaire Verstraete, du nom de cette agricultrice d’Oostkamp dont le mari fut retrouvé mort dans la fosse à purin de l’exploitation familiale. Me Jef Vermassen, un des plus grands avocats flamands qui avait défendu la fermière avait tellement cru en son innocence qu’il décida ensuite de ne plus plaider. Et le fit pendant huit ans.

C’est dire s’il est particulièrement choqué par la version romancée de ce dossier. Et il l’est d’autant plus que dans la série d’"Ontspoord", il y a également un épisode sur l’affaire Van Uytsel, du nom de cette jeune femme assassinée par le tueur en série Roland Janssen. "Je ne puis que constater l’exploitation ludique de drames réels et cela, on ne peut évidemment pas l’admettre !" commente Vermassen qui se réserve le droit d’aller plus loin.

La série de VTM revient aussi sur l’affaire d’Hans Vanthemsche reconnu coupable de meurtre à caractère raciste sur deux personnes et d’avoir blessé grièvement une troisième dans une rue d’Anvers en mai 2006. Ce jeune skinhead avait été condamné à la prison à vie en octobre 2007. Si cette affaire est déjà plus ancienne, on précisera qu’il sera aussi question de Kim De Gelder et du massacre qu’il avait perpétré dans une crèche de Termonde.

Là encore, les parents des victimes ne comprennent pas pourquoi on veut de la sorte raviver leur douleur. Les proches se disent d’autant plus choqués qu’ils ont appris l’existence de la série par la presse.

Conséquence de tout ceci ? Il n’est pas du tout exclu que plusieurs familles décident de demander des comptes à VTM.

"Une approche sereine" selon VTM

De son côté, VTM s’est défendu de faire de la télé à sensation : "Nous comprenons la sensibilité des familles mais ils n’ont rien vu de la série. Il leur est donc difficile de juger. Nous tenons à ajouter que l’approche se veut chaque fois sereine en précisant bien qu’il s’agit d’une fiction et en aucune manière d’une suite d’un dossier…"

Même son de cloche chez le concepteur de la série qui demande que l’on ne juge son travail qu’après son passage sur antenne. Reste que le mal sera fait…


Sur le même sujet