Milquet piégée par un prédicateur? Un "inconnu", rétorque-t-elle

Ce vendredi, certains médias ont publié une photo de la ministre de l'Intérieur aux côtés d'Iliass Azaouaj, un imam qui, depuis, a rejoint la Syrie. Joëlle Milquet a immédiatement réagi.

J. Lgg.
Milquet piégée par un prédicateur? Un "inconnu", rétorque-t-elle
©belga

Ce vendredi, certains médias ont publié une photo de la ministre de l'Intérieur aux côtés d'Iliass Azaouaj, un imam d'Anderlecht qui, depuis, a rejoint la Syrie. Lors de son départ, le prédicateur fort écouté des jeunes musulmans disait partir pour convaincre de jeunes Belges de revenir au pays. Depuis, il est apparu dans une vidéo où il appelle - au contraire - ses "frères moudjahidines" belges à combattre le régime syrien. Une compagnie dès lors plutôt gênante pour la ministre... Et ce, même si des zones d'ombre subsistent autour des intentions d'Iliass Azaouaj.

En fin de matinée, la Joëlle Milquet a réagi par communiqué. Elle "s'étonne de la publication, dans certains journaux, d'une photo anodine -et de ses commentaires assez ahurissants-, prise avec un smartphone, avec une personne qu'elle ne connaissait pas et qui, comme d’autres enfants et adultes, le lui avaient demandé à la sortie d'un événement public, à Bruxelles, rassemblant plus d'une centaine de personnes, dont des associations caritatives".

Selon elle, "tous les responsables politiques connus, qui sont sur le terrain, comme tout le monde le sait, sont sollicités en nombre lors de chaque apparition en public par des citoyens pour être immortalisés avec eux sur leur smartphone. C'est une pratique répandue pour tous et personne ne refuse ces demandes positives des citoyens. Il est inacceptable d'aller en déduire un quelconque lien avec qui que ce soit, surtout, à l’égard d'une ministre qui lutte avec une fermeté connue contre le radicalisme".

La ministre affirme qu'au moment de la prise du cliché, elle ne connaissait Iliass Azaouaj "peu connu voire inconnu, à l’époque, des services de sécurité".

Dans le communiqué, Joëlle Milquet fait la comparaison avec les artistes, les footballeurs et autres personnalités publiques, qui sont également "pris en photos également chaque jour avec des inconnus. En deviennent-ils pour autant leurs supporters ?"

"Pour le reste, faut-il interdire aux citoyens de prendre des personnalités connues en photo avec leur smartphone comme ils le font tout le temps? Ou aux politiques et personnes connues d'accéder à leurs demandes positives ?", s'interroge Joëlle Milquet.