La Belgique accueillera 75 réfugiés syriens et 25 Congolais l'an prochain

Amnesty International a accusé vendredi les pays européens d'ériger une "forteresse" pour se protéger des réfugiés syriens, qu'ils ne sont prêts à accueillir qu'en "nombre pitoyablement bas".

La Belgique accueillera 75 réfugiés syriens et 25 Congolais l'an prochain
©BELGA
Belga

La Belgique devrait accueillir l'an prochain 75 réfugiés syriens et 25 originaires de République démocratique du Congo (RDC) dans le cadre d'un programme de réinstallation du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a-t-on appris vendredi auprès de son cabinet. Ce nombre serait équivalent à celui fixé pour cette année en faveur de réfugiés "reconnus".

Mme De Block (Open Vld) avait lancé en juin dernier la première campagne structurelle de réinstallation à laquelle participe la Belgique. En concertation avec le HCR, il avait été décidé d'accueillir 40 réfugiés burundais de Tanzanie, autant de Congolais du Burundi, ainsi que vingt réfugiés considérés comme "exceptionnellement vulnérables".

Ils ont été accueillis par Fedasil, l'agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile, puis ont obtenu une assistance de plusieurs organisations spécialisées et de cinq CPAS participant au programme.

Amnesty International a accusé vendredi les pays européens d'ériger une "forteresse" pour se protéger des réfugiés syriens, qu'ils ne sont prêts à accueillir qu'en "nombre pitoyablement bas", selon l'organisation non gouvernementale.

Les membres de l'UE "ont proposé d'ouvrir leurs portes à environ 12.000 des réfugiés les plus vulnérables venus de Syrie, soit seulement 0,5% des 2,3 millions de personnes qui ont fui le pays", affirme l'organisation de défense des droits de l'Homme, dénonçant "les barricades de la forteresse Europe".

L'Allemagne est "de loin le pays le plus généreux, en s'engageant à accueillir 10.000 réfugiés, soit 80% des engagements de l'UE", tandis que la France offre 500 places, soit 0,02% du nombre total de personnes qui ont fui la Syrie. Dix-huit pays de l'UE, dont le Royaume-Uni et l'Italie, n'ont proposé aucune place, selon Amnesty.

Selon le cabinet de Mme De Block, la Belgique a également accordé l'asile et la protection subsidiaire à quelque 1.100 réfugiés syriens.


Sur le même sujet