Après Mons, 200 Afghans en route vers Gand

Quelque 200 Afghans, qui ont trouvé refuge dans l'église du Béguinage à Bruxelles, ont entamé samedi matin une marche vers Gand afin de réclamer un titre de séjour. En décembre dernier, ils avaient déjà rallié Mons dans l'espoir de s'y entretenir avec le Premier ministre Elio Di Rupo et la secrétaire d'Etat en charge de l'asile et de la migration, Maggie De Block.

Belga
Après Mons, 200 Afghans en route vers Gand
©AVPRESS

Quelque 200 Afghans, qui ont trouvé refuge dans l'église du Béguinage à Bruxelles, ont entamé samedi matin une marche vers Gand afin de réclamer un titre de séjour. En décembre dernier, ils avaient déjà rallié Mons dans l'espoir de s'y entretenir avec le Premier ministre Elio Di Rupo et la secrétaire d'Etat en charge de l'asile et de la migration, Maggie De Block. Si cette rencontre a finalement eu lieu, elle n'a pas donné les résultats espérés. "Nous voulons une nouvelle fois faire entendre nos demandes", explique Riet Dhondt, une sympathisante qui participe à la marche. "Le gouvernement doit tenir compte, dans sa politique d'asile, des nouvelles recommandations des Nations unies concernant l'Afghanistan. Le pays n'est plus sûr et la Belgique doit au moins suspendre les expulsions. Quant aux Afghans, ils doivent obtenir un titre de séjour clair", a-t-elle ajouté.

Au cours de leur rencontre avec les manifestants, Elio Di Rupo et Maggie De Block avaient déclaré que chaque Afghan pouvait déposer une nouvelle demande d'asile individuelle. Or, ce que souhaitent les marcheurs, c'est une solution collective.

Ce samedi, la marche fera étape à Affligem où les participants dormiront dans l'abbaye. A midi, une halte est prévue à Merchtem, où habite Maggie De Block.

Sur le même sujet