Dix fois plus d’hommes en congé parental en 10 ans

C’est une véritable succes story. Le nombre d’hommes qui prennent un congé parental pour s’occuper de leur enfant a plus que doublé entre 2002 et 2012.

Dix fois plus d’hommes en congé parental en 10 ans
©REPORTERS
VINCENT ROCOUR

C’est une véritable succes story. Le nombre d’hommes qui prennent un congé parental pour s’occuper de leur enfant a plus que doublé entre 2002 et 2012. Durant la période, ce nombre est en effet passé de 2 991 à 30 118 (infographie). C’est l’un des enseignements majeurs d’une étude réalisée par les services de l’Office national de l’emploi (Onem) sur laquelle "La Libre" a pu jeter un œil.


Evolution

Cette augmentation s’explique évidemment d’abord par les assouplissements successifs qui ont été apportés au dispositif pour le doper. En 2002, le gouvernement a ainsi introduit la possibilité de prendre un jour de congé parental par semaine (1/5e temps pendant 15 mois) alors qu’il n’existait jusque-là que la formule du congé à plein temps ou à mi-temps. En 2005, l’octroi du congé parental est autorisé jusqu’au moment où l’enfant a 6 ans (et non plus 4 ans), un âge qui passe à 12 ans en 2009. Enfin, en 2012, la durée du congé parental a été portée à 4 mois (au lieu de 3) en "équivalent temps plein". Forcément, tout cela a favorisé la hausse du nombre de bénéficiaires.

L’assouplissement des conditions d’octroi n’explique cependant pas à lui seul pourquoi la progression du congé parental entre 2002 et 2012 s’est davantage marquée chez les hommes que chez les femmes. L’étude de l’Onem révèle en effet que le nombre de femmes qui en bénéficient n’a été multiplié "que" par 2,6 durant cette période. La plus nette progression du nombre d’hommes (x 10,1) reflète sans doute un changement chez les papas, une volonté de s’occuper davantage de l’éducation des enfants, d’assurer un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale.


Un quart d’hommes

On reste cependant encore loin de la parité. Certes les hommes rattrapent leur retard. Mais il leur reste une longue route pour égaler les femmes. En 2012, ils ne représentent encore que le quart des personnes en congé parental - contre seulement 8 % dix ans plus tôt. La prédominance des femmes dans le dispositif se marque encore plus nettement quand on reporte le nombre de bénéficiaires au nombre de salariés. Pour l’ensemble du pays, l’Onem a calculé qu’en 2012, il y avait 14,3 hommes en congé parental pour 1 000 salariés contre pratiquement une femme pour 20 salariées.

Le succès du congé parental se marque aussi différemment selon les régions. Le service d’études de l’Onem constate que c’est en Flandre que l’on dénombre la part la plus importante d’hommes en congé parental avec 17,7 pour 1 000 salariés. Dans les 2 autres régions, la proportion d’hommes est inférieure : 8,3 pour 1 000 en Région bruxelloise et 9,3 pour 1 000 en Région wallonne.

Et c’est aussi en Flandre que l’écart entre hommes et femmes est le moins important. Le ratio de femmes en congé parental y est seulement 3,1 fois plus élevé que celui des hommes contre 4,3 fois en Wallonie et 5,5 fois à Bruxelles.


La formule à 1/5e temps

Manifestement, c’est la formule du 1/5e temps qui a attiré les hommes. Deux tiers des hommes bénéficiaires - soit quelque 20 874 - ont en effet choisi de prendre un jour de congé par semaine en 2012. Chez les femmes aussi la formule a du succès. Mais proportionnellement moins, puisque la moitié seulement d’entre elles ont opté pour le congé à 1/5e temps.


Sur le même sujet