Près de 3.500 élèves exclus ou refusés l'an dernier

En 2013-2013, 2.184 élèves ont été exclus de leur école, et 1.283 autres se sont vu signifier un refus de réinscription en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Près de 3.500 élèves exclus ou refusés l'an dernier
©Reporters
St.Bo.

Au cours de l’année scolaire 2012-2013, 2 184 exclusions dans l’enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécialisé, ont été signalées auprès de la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO) tandis qu’ont été signalés 1 283 refus de réinscription (NdlR : une école refuse qu’un élève se réinscrive dans son établissement l’année suivante).

Des statistiques "en légère augmentation" , selon la DGEO, depuis 2010 puisque l’on comptait 2 163 exclusions définitives et 592 refus de réinscription en 2010-2011, et 2 078 exclusions définitives et 762 refus de réinscription en 2011-2012.

Pourquoi ? "Il s’agit bien du nombre d’exclusions et de refus de réinscription qui sont signalés à l’Administration , précise Jacques Vandermest, directeur du Service de contrôle de l’obligation scolaire. C’est-à-dire que les écoles sont censées signaler à l’Administration quand elles renvoient un élève et cela sert notamment à l’ajustement des subventions des écoles. Mais il se fait qu’il y en a qui oublient de le faire. Alors, pour 2012-2013, nous avons décidé de battre le rappel en envoyant un courrier aux écoles. Voilà pourquoi il y a plus de signalements d’exclusions et de refus de réinscription."

Ainsi, pour l’année 2012-2013, "on a l’impression qu’il y a une explosion des refus de réinscription (qui passent de 762 à 1 283) , reprend-il, mais en réalité, c’est dû à notre démarche envers les écoles, et cela a provoqué - on s’en doutait bien - un gonflement, presque un doublement, des refus de réinscription" . Pourquoi dans une telle proportion ? "Les refus de réinscription interviennent fin juin/début juillet, soit en fin d’année scolaire. Les écoles les signalent d’autant moins qu’il n’y a plus d’ajustement de subvention puisque l’année est finie" , explique M.Vandermest.

Cela étant, ces données statistiques donnent lieu à plusieurs constats :

1 Les signalements d’exclusions et de refus de réinscription proviennent majoritairement de la région bruxelloise (598 et 545, soit 0,39 % et 0,35 % par rapport à la population scolaire) et des provinces du Hainaut (664 et 353, soit 0,32 % et 0,17 %) et de Liège (440 et 303, soit 0,29 % et 0,20 %). Des zones où vivent des familles plus fragilisées. "Or, l’environnement socio-économique détermine les chances de réussite" , rappelle M.Vandermest.

2 En termes de "profil" des élèves, il s’agit essentiellement de garçons (82 %) et de mineurs, âgés de 14 à 16 ans. Les taux d’exclusions sont plus importants à 14 ans (22,27 %) et les taux de refus de réinscription, à 15 ans (20,40 %). Enfin, 1 élève sur 5 est majeur au moment de l’exclusion ou du refus de réinscription.

3 C’est dans l’enseignement secondaire spécialisé que le taux d’exclusions est le plus important : les élèves y ont trois fois plus de risques d’être exclus.

4 Au niveau de l’enseignement secondaire ordinaire, les élèves exclus proviennent en majorité de 3e professionnelle (19 %), 2e commune (14 %), 1ère complémentaire (10 %) et 1ère commune (9 %). A lui seul, le 1er degré représente 40 % des signalements d’exclusions et 32,5 % des refus de réinscription ! Précisons encore que, par rapport à la population scolaire du 1er degré, les taux d’exclusions sont sept fois plus importants en 1ère complémentaire qu’en 1ère commune, et cinq fois plus importants en 2e différenciée qu’en 2e commune.

5 Concernant les raisons ou motifs pour lesquelles un élève est exclu ou refusé, les incivilités représentent 37,8 % des signalements. "Les incivilités sont le motif unique justifiant l’exclusion ou le refus de réinscription pour 23,5 % de l’ensemble des signalements" , pointe la DGEO.

6 En 2012-2013, 70 élèves ont été signalés exclus à deux reprises. Par ailleurs, certains élèves peuvent récidiver, avec toutes les conséquences que cela peut engendrer. Ainsi, 319 élèves (9,2 %) signalés exclus ou refusés en 2012-2013 ont déjà été au moins une fois exclus ou refusés en 2011-2012.St. Bo.

Sur le même sujet