RDC: Une Belge en prison pour "déplacement illicite d'enfant"

Une Belge a été condamnée à 6 mois de prison et à une amende par un tribunal congolais pour "déplacement illicite d'enfant", annonce Radio Okapi. Malgré un moratoire international d'enfants congolais, elle a essayé d'exfiltrer son enfant mais l'opération a échoué

BELGA
RDC: Une Belge en prison pour "déplacement illicite d'enfant"
©REPORTERS

Le tribunal de paix de Kinshasa-Gombe a condamné lundi à 6 mois de prison ("servitude pénale") et à une amende de 300.000 francs congolais (environ 325 euros) une ressortissante belge, Laurence Senechal, pour déplacement illicite d'enfant, a annoncé mardi la radio onusienne Okapi sur son site internet. Deux agents de la Direction générale de la migration sont condamnés à trois mois de prison pour complicité. La justice congolaise reproche à Mme Senechal d'avoir tenté de faire voyager illégalement une enfant mineure qu'elle a adoptée. Elle a été arrêtée samedi à l'aéroport de N'Djili alors qu'elle tentait d'embarquer en compagnie de la fille de 4 ans.

Au mois de novembre, le gouvernement congolais a imposé un moratoire sur les adoptions internationales jusqu'au mois de septembre suite à des soupçons de fraude et de traite des êtres humains. Les parents belges adoptifs de 7 orphelins n'ont pu ramener chez eux leur enfant et sont bloqués depuis lors à Kinshasa malgré qu'ils disposent de jugements favorables rendus par des juridictions belges et congolaises.

Le week-end dernier, l'une des mères a tenté le tout pour le tout et a essayé d'exfiltrer son enfant mais l'opération a échoué, rapporte le quotidien "Le Soir". La mère s'est présentée spontanément aux autorités congolaises et a été placée en détention.

Selon le ministère public cité par Radio Okapi, Mme Senechal a avoué qu'elle a corrompu des agents du service de migration.

Le gouvernement congolais invite à la patience

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a invité mardi les parents d'enfants adoptés au Congo à faire preuve de patience, après la condamnation d'une mère belge à 6 mois de prison par un tribunal de Kinshasa. Au mois de novembre, le gouvernement congolais a imposé un moratoire sur l'adoption internationale d'enfants congolais en raison de soupçons de fraude et de trafic d'êtres humains. Depuis lors, les parents belges de 7 enfants, qui disposent pourtant des jugements requis tant en Belgique qu'au Congo, ne peuvent ramener leur enfant et se trouvent à Kinshasa.

Samedi, une mère a tenté d'"exfiltrer" son enfant mais l'opération a échoué. La mère s'est rendue aux autorités congolaises. Un tribunal l'a condamnée lundi à 6 mois de prison et à une amende.

Un recours contre la décision a été introduit, a indiqué M. Mende. Il ne s'agit pas dans ce cas de trafic d'enfant, a-t-il précisé, mais d'une mère qui n'a pu attendre et qui a agi "contrairement au protocole de sortie". "Pour cette raison, elle a été condamnée", a-t-il ajouté.

L'avocat de cette ressortissante belge devrait faire une mise au point sous peu. Depuis l'instauration du moratoire, les procédures sont plus laborieuses, a reconnu M. Mende. "Cela fait parfois craquer des parents mais il faut accepter de perdre un peu de temps".