Vincent De Wolf (MR) demande un moratoire sur le plan Wathelet

Le chef de file des FDF au parlement bruxellois, Didier Gosuin s'est demandé lundi si Vincent de Wolf (MR) parlait au chef de file du MR à Bruxelles, le vice-Premier ministre Didier Reynders.

B.L.
Vincent De Wolf (MR) demande un moratoire sur le plan Wathelet
©Etienne Scholasse

La tête de liste MR pour les élections régionales bruxelloises, Vincent De Wolf, exige un moratoire du plan Wathelet suite à la parution de l'étude de l'ULB qui démontre le non-respect des accords de 2008 et 2010 rapporte Le Soir.

"L'étude de l'ULB est claire et montre bien les manquements du secrétaire d'Etat par rapport aux accords conclus en 2008 et en 2010. Il fallait dresser un rapport d'incidence et le communiquer au Conseil fédéral du développement durable, ainsi qu'aux différents gouvernements régionaux. Ce rapport devait également être publié dans le moniteur belge et laisser 60 jours aux habitants pour qu'ils puissent le consulter. Tout cela n'a pas été fait". "Dans tous les pays du monde, les avions contournent les zones les plus densément peuplées." Partout, sauf en Belgique, rajoute le chef de file des libéraux au parlement bruxellois.

Vincent De Wolf n'est cependant pas pour un retour à la situation antérieure au plan Wathelet. Le survol massif de l'Oostrand (Kraainem, Wezembeek-Oppem,...) qui prévalait était également incohérent. S'il ne privilégie pas la voie judiciaire (suite à l'action en cessation lancée par la Région Bruxelloise) pour empêcher l'application du plan de survol de Bruxelles. "Il est urgent de faire appel aux forces démocratiques francophones et néerlandophones, de l'opposition et de la majorité. Elles doivent se présenter en front commun avec une proposition entre les mains à soumettre au futur gouvernement fédéral."

Il privilégie d'ailleurs la route Ikea, la route du ring ou encore l'allongement de la piste 25 comme alternatives.

Gosuin se demande si De Wolf parle à Reynders

Le chef de file des FDF au parlement bruxellois, Didier Gosuin s'est demandé lundi si Vincent de Wolf (MR) parlait au chef de file du MR à Bruxelles, le vice-Premier ministre Didier Reynders.

"Dans un dossier où tant de personnes souffrent de nuisances excessives, un peu de décence s'impose. Ce n'est pas dans les journaux qu'il faut réclamer un moratoire, c'est à la table du gouvernement fédéral dans lequel on siège. Est-ce que Vincent De Wolf parle encore à Didier Reynders? ", s'est interrogé Didier Gosuin.

Pour lui, ce "plan Wathelet" est illégal et ne respecte pas les accords. Ce constat est partagé par tout le monde aujourd'hui, à ses yeux.

"Il faut donc annuler ce plan puisqu'il ne correspond pas à ce qui était convenu. Et cela, le PS, le CDH et le MR doivent le faire avant le 25 mai. Ces trois partis ont une responsabilité commune puisqu'ils ont approuvé ensemble le plan Wathelet", a conclu Didier Gosuin.