Fusillade à Bruxelles: pour François Hollande, le "caractère antisémite ne fait aucun doute"

Le roi Philippe indigné par "cet acte de violence", "un acte probablement terroriste"pour Yvan Mayeur, "ce qui s'est passé était prévisible", a réagi le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) Joël Rubinfeld. Les réactions de tous horizons abondent suite à la fusillade survenue après-midi au Musée de Juif de Bruxelles, qui fait 4 victimes.

Fusillade à Bruxelles: pour François Hollande, le "caractère antisémite ne fait aucun doute"
©BELGA
Belga et rédaction en ligne

Une fusillade mortelle s'est produite cet après-midi au Musée de Juif de Bruxelles, qui a fait 4 victimes (trois morts et une personne entre la vie et la mort).Découvrez toutes les réactions.

"Une immense tragédie"

"C'est une véritable onde de choc qui s'est abattue ce samedi 24 mai 2014 sur le Musée juif de Belgique. Il s'agit d'une immense tragédie pour notre institution, et pourtant rien ne laissait présager de celle-ci", a indiqué, dans la nuit de samedi à dimanche, le Musée juif de Belgique, après avoir été le théâtre, la veille, d'une fusillade qui a fait trois morts et un blessé grave. Le musée n'a "à ce stade ni information, ni explication sur les motifs de cet acte odieux". Il a été convenu avec le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur qu'une cellule de réflexion autour de la sécurité du musée allait être créée. Un individu armé s'est introduit dans le musée, samedi après-midi, et a tiré sur un couple de touristes israéliens présents dans l'entrée du bâtiment, pour ensuite se diriger vers la réception où il a tiré sur le préposé à l'accueil et sur une bénévole présente sur les lieux, selon le musée. Le bilan actuel est de trois morts et un blessé grave.

"Nos pensées s'adressent en premier lieu au personnel du musée, aux visiteurs, aux parents et aux amis des victimes, ainsi qu'à toute la communauté juive", ajoute le musée. "Aujourd'hui c'est un sentiment de tristesse et de stupeur qui nous envahit. Nous faisons confiance à la justice et à la police pour retrouver le coupable et faire toute la lumière sur cette terrible tragédie".

Le Musée juif de Belgique sera fermé ce lundi, mais, sauf avis contraire, il ouvrira ses portes mardi.Elio Di Rupo : la Belgique est "unie et solidaire face à une attaque odieuse dans un lieu culturel juif"

La Belgique est "unie et solidaire" après l'attaque samedi contre le Musée juif de Belgique, qui a fait trois morts et un blessé grave dans le centre de Bruxelles, a déclaré en début de soirée le Premier ministre belge, Elio Di Rupo .

"Notre pays et tous les Belges, quelle que soit leur langue, leur origine ou leurs convictions, sont unis et solidaires face à cette attaque odieuse dans un lieu culturel juif", a déclaré à la presse Elio Di Rupo, en assurant que "tout est mis en oeuvre" pour "identifier et arrêter le ou les auteurs de ce drame".

"Indigné par cet acte de violence"

Le roi Philippe s'est dit "indigné" samedi soir par la fusillade qui est survenue plus tôt dans l'après-midi au Musée juif de Belgique à Bruxelles et qui a causé la mort de trois personnes et mis en danger la vie d'une autre, indique le Palais dans un communiqué. "Le Roi a appris avec consternation la fusillade qui a eu lieu cet après-midi au Musée juif de Belgique. Il présente ses condoléances aux proches des victimes. Le Roi est indigné par cet acte de violence qui touche de très près la communauté juive", est-il indiqué dans le communiqué du Palais.

Yvan Mayeur : "Probablement un acte terroriste"

Le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, interrogé par RTL-TVI, était très ému. "C'est probablement un acte terroriste. Pour nous c'est un acte extrêmement grave. La police est sur une piste qui nous paraît sérieuse. On est sur une piste tout à fait sérieuse. C'est assez inquiétant. Tous les responsables du Musée Juif sont là. Ils sont sous le choc. On ne sait pas s'il s'agit de passants ou de membres du personnel. "

Un acte "prévisible"

"Ce qui s'est passé était prévisible", a réagi le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) Joël Rubinfeld, après qu'une fusillade a fait trois morts et un blessé grave samedi après-midi au Musée Juif de Belgique, dans le centre de Bruxelles.

"Cela devait hélas arriver. Nous assistons ces dernières années à une libération de la parole antisémite. Elle reprend du poil de la bête, notamment à travers les discours de l'humoriste Dieudonné ou du député Laurent Louis", estime M. Rubinfeld.

"La fusillade de ce samedi est le résultat inévitable d'un climat qui distille la haine." "Le plus important aujourd'hui est d'arrêter les responsables de la fusillade, qui, pour moi, n'est autre qu'un acte terroriste, et de les traduire en justice. Mais demain, il faudra également user de tous les moyens légaux pour faire taire les prêcheurs de haine qui ont une responsabilité dans la propagation du virus antisémite", ajoute-t-il.

"Il s'agit d'un combat qui ne concerne pas que la communauté juive mais l'ensemble du pays et ses valeurs fondamentales", a-t-il conclu.

"Consternation"

Maurice Sosnowski, le président du Centre de coordination des organisations juives de Belgique est visiblement sous le coup des événements qui se sont produits au Musée juif à Bruxelles.

"C'est la consternation parce qu'on est en présence du premier attentat anti-juif à Bruxelles depuis la Seconde Guerre mondiale. Il est difficile de penser à ce stade qu'il ne s'agit pas d'un attentat..."

Le président du CCOJB ne peut pas s'empêcher non plus de penser à l'attentat de Toulouse.

Interrogé par la RTBF, le Dr Sosnowski a précisé que selon ses informations il n'y avait pas de menace contre l'institution de la rue des Minimes, ni pour aucun autre lieu de la Communauté juive.

"L’antisémitisme n’est pas qu’histoire des Juifs"

"Plus que jamais, en cette veille d’élections, nous appelons à une vigilance de tous et, en particulier, du monde associatif dans toute son ampleur. L’antisémitisme n’est pas qu’histoire des Juifs : il met à l’épreuve la capacité de la démocratie à se mobiliser pour elle-même", a déclaré par communiqué l'Union des Progressistes juifs de Belgique, appelant les citoyens à participer au rassemblement dont le Centre d’Action Laïque a pris l’initiative demain dimanche 25 mai à 17h devant le Palais de Justice de Bruxelles.

Institutions juives de France : mieux lutter contre l'antisémitisme en Europe

Les institutions juives de France ont appelé samedi à mieux lutter contre l'antisémitisme en Europe, après une fusillade qui a fait trois morts au Musée juif de Belgique.

"C'est une chose abominable qui se passe, qui est la transformation de la haine antisémite en terrorisme systématique", a déclaré à l'AFP Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"On a vu ça avec Ilan Halimi (un jeune Juif séquestré, torturé et tué dans la banlieue parisienne, ndlr) en 2006, on l'a vu en 2012 avec Mohamed Merah (jihadiste ayant tué quatre Juifs, ndlr) à Toulouse (sud-ouest, ndlr), et à nouveau maintenant à Bruxelles", a-t-il dit.

"Ce sont des actes barbares commis contre des victimes civiles totalement innocentes, sans aucune justification, et je crois qu'il est vraiment impératif qu'un effort soit fait au niveau européen, à la fois pour prévenir en faisant peut-être beaucoup plus d'efforts en matière d'éducation auprès des plus jeunes enfants sur le vivre ensemble", et avec "aussi de la protection de plus en plus nécessaire malheureusement face à cette vague d'actes antisémites", a ajouté M. Cukierman, soulignant que "ce musée de Bruxelles n'était pas protégé".

"Des sanctions exemplaires doivent être prises, on est face à un climat de terrorisme, il faut que l'Europe se mette à ce niveau-là", a-t-il estimé. "Ce climat est très inquiétant et nécessite beaucoup plus de vigilance que ce que nous avons connu jusqu'ici".

"Hélas aujourd'hui en Europe on assassine ostensiblement des gens qui fréquentent des lieux juifs", a de son côté déploré dans un communiqué Sacha Reingewirtz, président de l'Union des étudiants juifs de France (UEFJ).

"Deux ans après la tuerie antisémite de Toulouse, mais surtout à la veille des élections européennes, ces meurtres perpétrés dans la capitale de l'Europe appellent à une prise de conscience pour lutter contre l'antisémitisme qui se manifeste par des discours et des actes de plus en plus violents", a-t-il poursuivi.

Selon la ministre belge de l'Intérieur Joëlle Milquet, "un homme serait entré dans le musée, et assez rapidement aurait ouvert le feu au hasard". "C'est une fusillade qui s'est déroulée dans un lieu qui n'est pas anodin, il y a de fortes présomptions" selon lesquelles il s'agit d'un acte antisémite, a-t-elle estimé.

"Effroi, tristesse, colère" : réaction des politiques

Plusieurs responsables politiques ont rapidement réagi samedi après la fusillade qui s'est déroulée au Musée juif de Belgique et à la suite de laquelle trois personnes ont perdu la vie et une autre a été grièvement blessée.

"Un choc, une colère et une tristesse immense", ont commenté les co-présidents d'Ecolo Emily Hoyos et Olivier Deleuze . On ignore encore s'il s'agit d'un acte anti-sémite. "Il s'agit quoi qu'il en soit d'un acte barbare et incompréhensible", poursuivent les co-présidents d'Ecolo.

"Abasourdi et choqué par la fusillade", le président du PS Paul Magnette espère que les autorités du pays pourront rapidement retrouver le ou les auteurs de cet acte "odieux" et souhaite exprimer toute sa solidarité à la communauté juive. Condamnant fermement un acte "lâche et meurtrier", Benoît Lutgen , président du cdH, s'est dit "profondément choqué par les événements tragiques".

Olivier Maingain , le président du FDF, a souhaité manifester à la communauté juive sa solidarité, dont il partage la vive préoccupation quant à la montée de l'antisémitisme en Belgique. Qualifiant la fusillade d'attentat abject, il considère que, "plus que jamais, les autorités doivent se mobiliser pour prévenir et sanctionner tous les actes d'antisémitisme qui menacent les valeurs essentielles de notre démocratie". Sur le réseau social Twitter, et à l'instar de tous les responsables politiques, le Premier ministre Elio Di Rupo, qui s'est rendu samedi en fin d'après-midi sur les lieux de la fusillade, et le président du MR Charles Michel se sont dits "choqués" par les événements et ont présenté leurs condoléances et pensées aux familles des victimes et à leurs proches.

"Joëlle Milquet, tient à exprimer une fois encore toute son émotion et son indignation suite à la fusillade assassine qui a fait aujourd’hui 3 morts et une autre victime, qui lutte actuellement contre la mort. Ses premières pensées vont à ces victimes innocentes, à leur famille, à leurs proches et amis", a exprimé a ministre de l’Intérieur par communiqué Joëlle Milquet.

Le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale s'est dit "consterné et profondément écoeuré" par cette fusillade. "Je ressens aujourd'hui autant de colère, de tristesse que d'émotion. Je condamne évidemment avec force et vigueur ces crimes antisémites."

La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles Fadila Laanan (PS) se dit particulièrement choquée. "Nous souhaitons maintenir l'accessibilité des lieux culturels, mais sans doute va-t-on devoir également repenser la sécurité de ces lieux. Je suis toujours ébranlée quand je vois des policiers devant les écoles juives. Est-ce que c'est vraiment ce Bruxelles-là qu'on veut ? ", s'interroge-t-elle.

Louis Michel condamne, lui, "avec la plus grande vigueur" la fusillade et partage "l'horreur et la douleur suscitées par ces crimes innommables" avec la communauté juive. "L'intolérance, le racisme ou l'antisémitisme n'ont pas leur place dans notre pays", affirme le député européen.

Le bourgmestre de la commune bruxelloise de Saint-Gilles Charles Picqué, "horrifié par les événements", a souhaité rappeler l'importance de protéger la communauté juive à Bruxelles.

Le chef de file du parti VEGA Vincent Decroly s'est dit "très inquiet de la banalisation de l'antisémitisme en Belgique comme en Europe".

En Flandre, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) et les présidents de six partis du nord du pays - dont Bart De Wever (N-VA), Bruno Tobback (sp.a) Gwendolyn Rutten (Open Vld) et Wouter Van Besien (Groen!)- devant participer à un débat sur VTM ont condamné "cette terrible attaque dans les termes les plus forts et mettons ici fin à la campagne".

François Hollande : "tuerie effroyable"

Le président français François Hollande a condamné samedi "la tuerie effroyable" au Musée Juif de Belgique, faisant part aux Belges de la "solidarité" de son pays. Dimanche, il a ajouté que le "caractère antisémite" de cette attaque "ne fait aucun doute".

Dans un communiqué diffusé samedi soir, M. Hollande "exprime sa vive émotion et condamne avec la plus grande force la tuerie effroyable intervenue au Musée Juif de Bruxelles".

Le chef de l'Etat ajoute qu'il "exprime l'entière solidarité de la France au peuple belge dans cette épreuve et adresse ses profondes condoléances aux familles des victimes".

Trois personnes ont été tuées et une a été grièvement blessée dans une fusillade samedi devant et dans le Musée Juif de Belgique, dans le centre de Bruxelles.

Christine Taubira a elle réagi sur Twitter : "Fortes pensées pour les victimes de la fusillade au Musée juif de Bruxelles et pour les familles. Confiance dans la justice belge."

"Acte haineux et terroriste"

Le président du Congrès juif mondial , Ronald S. Lauder, a fermement condamné, dans un communiqué, "l'acte haineux et terroriste" perpétré samedi après-midi au Musée juif de Belgique, à Bruxelles. Il appelle les autorités européennes à mieux lutter contre l'antisémitisme en Europe et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité sur tous les lieux liés aux intérêts juifs. "Deux ans après la tragédie de Toulouse et à la veille des élections européennes, cet acte terroriste ravive le spectre des menaces auxquelles les juifs font face en Europe. Il est d'une importance capitale que les autorités belges fassent tout leur possible pour arrêter les auteurs de cet acte odieux afin de les traduire en justice au plus vite", affirme M. Lauder.

A l'adresse des autorités européennes, le président du Congrès juif mondial a ajouté que la sécurité des juifs en Europe devait être traitée comme une absolue priorité dans les semaines à venir.

"La communauté juive mondiale est en deuil et pleure les victimes innocentes qui ont perdu la vie samedi lors de la fusillade perpétrée dans le Musée juif de Belgique, à Bruxelles. Les autorités doivent désormais oeuvrer ensemble afin qu'une telle tragédie ne se reproduise plus, en augmentant, s'il le faut, le niveau de sécurité sur tous les sites liés aux intérêts juifs. Dans le cas contraire, d'autres personnes auront encore tout le loisir de commettre de tels crimes", a conclu M. Lauder.

Une attaque "contre les valeurs de l'Europe"

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a dénoncé samedi une attaque "contre les valeurs de l'Europe" après la fusillade au Musée Juif de Belgique à Bruxelles qui a fait trois morts et un blessé grave. Le président du Parlement européen Martin Schulz et la chef de la diplomatie de l'UE Catherine Ashton ont eux aussi tenu à réagir dans le courant de la soirée.

"La nouvelle de la violente fusillade qui a coûté la vie à trois personnes innocentes cet après-midi dans le centre de Bruxelles devant le Musée Juif m'a profondément choqué", a déclaré M. Barroso.

"Je condamne fermement le fait que cette terrible fusillade a été dirigée contre un symbole religieux au coeur de la capitale européenne. Il s'agit d'une attaque contre les valeurs mêmes de l'Europe, ce que nous ne pouvons pas tolérer", a ajouté le président de la Commission.

Cet événement est "profondément choquant", a estimé le président du Parlement européen Martin Schulz, évoquant une "attaque haineuse".

La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, a quant à elle condamné "sans réserve" cette "horrible attaque". "Tout doit être fait pour trouver ceux qui mené cette attaque. Il ne doit y avoir aucune impunité pour le terrorisme", a insisté la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères.

Enfin, Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms, co-présidents du groupe Verts/ALE au Parlement européen, ont évoqué "un acte barbare et incompréhensible". "De telles irruptions de violence sont intolérables dans notre société et sont d'autant plus bouleversantes lorsqu'elles nous rappellent les pages les plus sombres de notre histoire", estiment-ils.

Résultat de "l'incitation à la haine" contre les Juifs et Israël

La fusillade au Musée Juif de Bruxelles, qui a fait trois morts et un blessé grave, est le résultat de "l'incitation à la haine permanente" contre les Juifs et Israël, a affirmé samedi soir le Premier ministre israélien, Benjamin Netanayhu.

"On continue d'entendre des calomnies et des mensonges contre l'Etat d'Israël sur le sol européen alors même que les crimes contre l'humanité et les actes meurtriers commis dans notre région sont systématiquement ignorés", a accusé M. Netanyahu dans un communiqué.