Fusillade au Musée juif: le FBI à la rescousse de la Belgique?

La porte-parole du parquet fédéral a fait état de coopérations avec des partenaires nationaux et internationaux dans le cadre de l'enquête, sans toutefois souhaiter les spécifier.

Fusillade au Musée juif: le FBI à la rescousse de la Belgique?
©JC Guillaume
Belga

Le parquet fédéral ne confirme ni infirme la participation du bureau fédéral américain FBI, à l'enquête sur la fusillade commise samedi dernier au Musée juif de Belgique à Bruxelles, et qui a coûté la vie à trois personnes, en blessant grièvement une quatrième, a indiqué samedi la porte-parole du parquet fédéral Wenke Roggen. Celle-ci a néanmoins fait état de coopérations avec des partenaires nationaux et internationaux dans le cadre de l'enquête, sans toutefois souhaiter les spécifier. 

Selon Sudpresse et Het Laatste Nieuws, 100 policiers sont mobilisés jour et nuit pour identifier et arrêter l'auteur du triple assassinat et de tentative d'assassinat terroriste, commis samedi dernier au Musée juif de Belgique, à Bruxelles. Les deux quotidiens ont précisé que les forces de l'ordre belges ont reçu l'appui du bureau fédéral américain, le FBI, pour traquer le tueur.


Une fausse revendication de l'attentat au Musée juif ne restera pas sans suite

Le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) Joël Rubinfeld, a reçu dans la nuit de dimanche à lundi dernier une fausse revendication du triple assassinat survenu samedi dernier au Musée juif de Belgique, sur son compte Twitter, a indiqué samedi de l'avocat de la LBCA Christophe Goossens.

L'auteur du message, un mineur résidant en Belgique, l'a également menacé de mort, lui annonçant que "son tour viendrait bientôt". Son identification a permis de conclure qu'il n'était pas impliqué dans l'attentat. "Le tweet reçu par Joël Rubinfeld sur son compte Twitter, disait en substance «C'est moi le responsable, ton tour viendra bientôt». Compte tenu de sa date d'envoi, ce message s'inscrit clairement comme une suite de l'attentat", a précisé samedi Me Christophe Goossens, avocat de la LBCA. Celui-ci a précisé que Joël Rubinfeld avait été entendu par la cellule antiterroriste de la police judiciaire fédérale (PJF), dans ce contexte.

Pour l'avocat, "Il s'agit d'un infraction pénale et l'auteur de ce tweet qui a entretemps été identifié, doit assumer ses responsabilités face à la justice. Revendiquer un attentat et proférer des menaces de mort n'est pas anodin. Cet attentat sert de catalyseur et révèle un climat de haine, dont profitent certains pour déverser leur antisémitisme"» a-t-il ajouté.

"L'objectif d'un attentat terroriste est de distiller la terreur et ce type de menace prolonge et augmente le climat de peur", a-t-il conclu.


Sur le même sujet