Tuerie au Musée juif: que sait-on de l'homme arrêté à Marseille ?

Un Français au "profil jihadiste" a été arrêté vendredi à Marseille (sud de la France), soupçonné d'être le tireur qui a abattu trois personnes et fait un blessé grave au Musée juif de Bruxelles le 24 mai, suscitant une grande émotion. Le point sur ce que l'on sait pour l'instant de lui.

Tuerie au Musée juif: que sait-on de l'homme arrêté à Marseille ?
©Printscreen
Rédaction en ligne, Belga, AFP

Un Français au "profil jihadiste" a été arrêté vendredi à Marseille (sud de la France), soupçonné d'être le tireur qui a abattu trois personnes et fait un blessé grave au Musée juif de Bruxelles le 24 mai, suscitant une grande émotion

Profil jihadiste

-L'homme interpellé vendredi après-midi à Marseille dans le cadre de l'enquête sur la fusillade au Musée Juif à Bruxelles, était fort connu en France pour des faits de grand banditisme. Il se serait radicalisé ces dernières années au contact de camps djihadistes en Syrie.

-Agé de 29 ans, Mehdi Nemmouche présente un profil similaire à celui de Mohamed Merah, jeune délinquant radicalisé dans ses convictions islamistes qui avait séjourné en Afghanistan et au Pakistan avant de tuer trois parachutistes puis trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et Montauban en mars 2012.

-Mehdi Nemmouche est soupçonné, selon une source proche de l'enquête, d'avoir été en Syrie en 2013 auprès de groupes jihadistes. Il était fiché pour ces raisons par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a dit cette source.

-L'homme avait dans ses bagages un "drap" portant une inscription au nom de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), groupe jihadiste actif notamment en Syrie où le suspect a passé "plus d'une année" à compter de fin 2012 début 2013 avant de "brouiller les pistes" sur le chemin du retour en Europe,.

-Le "profil jihadiste" de Mehdi Nemmouche, tel que décrit par deux sources proches du dossier, risque de relancer la polémique sur la surveillance des Français qui partent combattre en Syrie.

Arrestation

-Le suspect, qui se dit sans domicile fixe, a été arrêté à la gare routière Saint-Charles à Marseille par les douaniers, alors qu'il se trouvait dans un autocar en provenance d'Amsterdam via Bruxelles. Il comptait se rendre en Algérie.

-Selon le quotidien français Le Monde, il aurait été arrêté lors d'un "contrôle fortuit"


-Remis dès vendredi aux agents de la DGSI, il a été placé en garde à vue pour assassinat et tentative d'assassinat ainsi que pour détention et transport d'armes, en lien avec une entreprise terroriste.

Liens avec la Belgique

-Le suspect, M. N., né en 1985, était inconnu des services de sécurité belges.

-De nationalité française, M. N. aurait séjourné dans la région de Courtrai où des perquisitions ont été menées dimanche. Deux personnes ont été entendues dans ce cadre.

-Un mandat d'arrêt européen a été émis à l'encontre du suspect par un juge d'instruction belge.

Premiers indices

-Les agents ont retrouvé un revolver .38 dans sa veste, et un sac contenant une kalachnikov et une quantité impressionnante de munitions de gros calibre. Quant aux munitions, il s'agissait d'un chargeur pour kalachnikov contenant 30 balles, outre 261 balles pour la même arme et 57 cartouches pour le revolver. Le sac contenait encore une cagoule, des gants noirs et une casquette de baseball.

Une caméra a également été retrouvée, autant d'objets correspondant à ceux utilisés lors de l'attaque de samedi dernier à Bruxelles.

Un acte revendiqué ?

D'après les autorités françaises, un enregistrement a également été retrouvé, reprenant des images d'armes et sur lequel un homme déclare filmer ces objets car sa caméra n'a pas fonctionné au moment de l'attaque contre les Juifs à Bruxelles, attaque qui est donc revendiquée. Il n'est cependant pas encore établi clairement si la voix sur l'enregistrement est bien celle du suspect interpellé, a précisé le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw. L'homme n'a fait aucune déclaration depuis son interpellation.

Ses intentions

-Dans l'enregistrement, une personne déclare "avoir commis l'attentat contre les Juifs" et "vouloir mettre Bruxelles à feu et à sang"

-Le suspect a gardé le silence depuis son arrestation, et les sources interrogées par l'AFP estiment qu'il est trop tôt pour évoquer d'éventuelles complicités.



Sur le même sujet