Sharia4Belgium: un prévenu a travaillé trois ans sur le site nucléaire de Doel

L'homme a travaillé pendant des années en tant que technicien jusqu'à son départ en novembre 2012 pour la Syrie. Il a eu accès aux zones les plus sécurisées de la centrale nucléaire.

AFP et Belga
Sharia4Belgium: un prévenu a travaillé trois ans sur le site nucléaire de Doel
©Belga

Un homme de 26 ans originaire de Borgerhout qui est prévenu au procès de Sharia4Belgium à Anvers et qui combat actuellement en Syrie, a eu accès à la centrale nucléaire de Doel. L'homme a travaillé pendant des années en tant que technicien jusqu'à son départ en novembre 2012 pour la Syrie. Il a eu accès aux zones les plus sécurisées de la centrale nucléaire, révèle vendredi soir VTM.

Ilyass Boughalab a travaillé pendant trois ans en tant que technicien pour la société Vinçotte de Wilrijk qui fournit des certificats de conformité et mène des inspections afin de vérifier si la centrale répond aux normes. La tâche d'Ilyass Boughalab consistait à vérifier les soudures. Il avait ainsi accès à la zone sécurisée de Doel, soit l'endroit où se trouve le réacteur nucléaire. "À la fin 2012, il a décidé de quitter l'entreprise", a indiqué la société Vinçotte, qui se montre satisfaite du travail réalisé pour son compte par le prévenu. Ilyass Boughalab est l'un des 46 prévenus au procès de Sharia4Belgium à Anvers. Le ministère public a requis une peine de cinq ans d'emprisonnement contre lui. Ilyass Boughalab se trouve actuellement en Syrie, où il se bat aux côtés d'un groupe jihadiste qui s'inspire d'al-Qaida.


En France, Valls confirme que des attentats ont été déjoués ces dernières années

"Plusieurs projets d'attentat" ont été déjoués en France ces deux dernières années, a annoncé vendredi le Premier ministre français Manuel Valls, confirmant officiellement des informations obtenues de sources de renseignement par la presse. Son cabinet a immédiatement indiqué que la déclaration ne faisait pas référence à des projets inconnus du grand public et concernait les deux dernières années. "Des départs de combattants (jihadistes), y compris de mineurs, ont été empêchés. Et plusieurs projets d'attentats sur notre territoire ont été déjoués", a déclaré le chef du gouvernement lors d'un discours devant l'Institut des hautes études de défense nationale et l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice.

"Nous faisons face à la fois à un ennemi intérieur et extérieur", a déclaré le Premier ministre. "Il ne s'agit pas de faire peur" mais que "nos concitoyens et nos élus soient pleinement conscients de cette menace", a-t-il ajouté.

Selon le cabinet de M. Valls, le Premier ministre faisait référence à "quatre projets d'attentats qui ont effectivement été déjoués".

Ceux-ci concernent des actions fomentées par le groupe dit de "Cannes-Torcy-Sarcelles, le jihadiste du Canet, un jihadiste de retour du Liban, et deux jeunes femmes mineures qui voulaient frapper des cibles juives", selon un conseiller du Premier ministre.