La FWB réalisera pour 140 millions d'euros d'économies en 2015

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé lundi sur son budget 2015 qui sera marqué par différentes économies pour un total de 140 millions d'euros, en ligne avec ce qui avait été annoncé en juillet dernier lors la mise sur pied du nouveau gouvernement.

Belga
La FWB réalisera pour 140 millions d'euros d'économies en 2015
©BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé lundi sur son budget 2015 qui sera marqué par différentes économies pour un total de 140 millions d'euros, en ligne avec ce qui avait été annoncé en juillet dernier lors la mise sur pied du nouveau gouvernement. Cet effort devrait permettre de limiter le déficit de l'entité à quelque 170 millions d'euros l'an prochain. "Il s'agit d'un budget de justice", a défendu lundi le ministre-président de la Fédération, Rudy Demotte (PS), lors d'une conférence de presse à Bruxelles avec l'ensemble du gouvernement.

"Les mesures prises se veulent justes, solidaires et cohérentes avec le souci de ne pas altérer les services rendus à la population (...) car nous ne voulions pas imposer une double peine par rapport aux mesures prises par le niveau fédéral", a-t-il insisté.

Parmi ces économies, on retrouve plusieurs mesures déjà annoncées dès la publication de l'accord de majorité l'été dernier, comme le remplacement très partiel (1 sur 5) des fonctionnaires (hors corps enseignant) en partance (3 millions en 2015), une réduction de la charge de la dette (14,5 millions) ou encore des économies dans le frais de fonctionnement des cabinets ministériels.

Il recèle aussi plusieurs éléments neufs qui ont fait l'objet de discussions discrètes menées ces dernières semaines.

Le gouvernement n'indexera ainsi pas une série de frais de fonctionnement l'an prochain. Il imposera aussi quelque 10 millions d'économies au sein des différents organismes d'intérêt public de la Fédération (ONE, RTBF, ...), et réduira une série de "dépenses facultatives", c'est-à-dire non prévues par des textes légaux à hauteur de 17 millions.

L'enseignement, qui absorbe près de trois quarts du budget de la Fédération, est lui aussi mis à contribution, mais avec des "mesures raisonnables et adaptées", a fait valoir la ministre de l'Education, Joëlle Milquet (cdH).

Une série de dépenses prévues dans ce secteur sont ainsi remises à plus tard, comme l'engagement de conseillers en prévention (6,9 millions).

Le paiement de la dernière tranche de revalorisation budgétaire prévue par l'accord de la Saint-Boniface sera, lui, étalé sur trois ans, ce qui permettra un gain de quelque 15 millions d'euros.

Enfin, l'offre d'options dans les écoles devra également être "mieux coordonnée" pour limiter les concurrences entre établissements, soit une économie de 2,8 millions. Les coûts pour la délivrance de duplicata et d'équivalence de diplôme seront relevés à hauteur de un million d'euros.

"Tout en respectant la trajectoire fixée, nous avons réussi à adopter un budget qui ne touche pas les gens. Il n'y a pas de remise en cause des salaires et des conditions de travail des enseignants. Et leur régime de fin de carrières (mécanisme de pré-pension connu sous le nom de DPPR, ndlr) reste inchangé", a insisté la ministre centriste.

Le refinancement de l'enseignement supérieur annoncé par la nouvelle majorité est confirmé à hauteur de 100 millions d'euros, mais celui-ci ne livrera pas ses effets avant 2016.

Les budgets au bénéfice de la Petite enfance sont, eux, "largement préservés ce qui permettra de respecter le plan Cigogne" pour la création de nouvelles places en crèches, a encore salué Mme Milquet.

Egalement en charge de la Culture, la ministre centriste a indiqué que ce poste ne subirait finalement qu'une réduction de ses budgets à hauteur de 1% seulement. Il y a deux semaines, elle avait évoqué un effort de "moins de 3%".

Malgré toutes ces mesures, la Fédération devrait néanmoins terminer l'exercice 2015 avec un déficit de 170 millions d'euros. Le retour à l'équilibre est toujours prévu pour 2018, conformément à l'accord de gouvernement.

Ce budget 2015 adopté lundi n'intègre toutefois pas le saut d'index annoncé par la nouvelle majorité fédérale. Si celui-ci est confirmé, il permettra à la Fédération d'économiser un peu moins de 100 millions d'euros sur base annuelle, dont 77 millions rien que dans l'enseignement. Soit une marge de manoeuvre non négligeable pour ses prochains ajustements budgétaires l'an prochain.