Ebola: la Ville d'Anvers demande une campagne d'information nationale

La Ville d'Anvers a demandé au ministère fédéral de la Santé publique la mise en place d'une campagne d'information nationale au sujet du virus Ebola. Elle veut ainsi éviter que ne s'installe une psychose dans la société à ce sujet.

Ebola: la Ville d'Anvers demande une campagne d'information nationale
©AP
Belga et AFP

La Ville d'Anvers a demandé au ministère fédéral de la Santé publique la mise en place d'une campagne d'information nationale au sujet du virus Ebola. Elle veut ainsi éviter que ne s'installe une psychose dans la société à ce sujet et que certains groupes de la population ne soient stigmatisés et discriminés, écrit vendredi Gazet van Antwerpen. "Les informations au sujet de cette terrible maladie ne doivent pas dégénérer en une psychose de la peur", estime Fons Duchateau (N-VA), échevin anversois des Affaires sociales. "Si une telle campagne ne devait pas toucher certains groupes de la population, nous pourrons alors faire appel à notre réseau d'organisations sur le terrain", ajoute-t-il.

Le SPF Santé publique ne prévoit pas pour le moment la mise en place d'une campagne d'information à grande échelle, précisant que des informations utiles en la matière sont disponibles sur son site internet.


Barack Obama juge que la fermeture des frontières serait contre-productive

Le président américain Barack Obama a estimé jeudi que la fermeture des frontières pour les personnes en provenance des pays africains foyer de l'épidémie d'Ebola serait contre-productive, évoquant par ailleurs la possible nomination d'un responsable pour coordonner les efforts au niveau fédéral.

"Je n'ai pas d'objection philosophique à une interdiction des voyages, mais toutes les discussions avec les experts montrent que cela serait moins efficace que les mesures (de contrôle aux aéroports) que nous avons mises en place", a déclaré M. Obama

Pour le président américain, une telle initiative risquerait de pousser les personnes originaires des pays concernés, Guinée, Liberia, Sierra Leone, à utiliser d'autres moyens de transports pour rejoindre d'autres pays et à dissimuler leur pays de provenance.

Interrogé sur la possibilité de nommer un "tsar", une personne qui serait chargée de la coordination au niveau fédéral de l'ensemble des démarches engagées pour lutter contre le virus, M. Obama a affirmé qu'il pourrait prendre une telle initiative.

Le président américain a par ailleurs souligné que s'il comprenait que les Américains aient "peur" face à ce virus, il était indispensable de remettre les choses en perspective. "Je veux que tout le monde comprenne que c'est une maladie très difficile à attraper" a-t-il martelé.


Sur le même sujet