SNCB: les tarifs préférentiels pour manifestants étonnent Jacqueline Galant

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a annoncé mercredi qu'elle demanderait des explications au patron de la SNCB Jo Cornu quant au billet "événement" donnant droit à un tarif préférentiel pour la manifestation nationale prévue jeudi à Bruxelles.

SNCB: les tarifs préférentiels pour manifestants étonnent Jacqueline Galant
©Belga
Belga et rédaction en ligne

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a annoncé mercredi qu'elle demanderait des explications au patron de la SNCB Jo Cornu quant au billet "événement" donnant droit à un tarif préférentiel pour la manifestation nationale prévue jeudi à Bruxelles. Dans un communiqué, Mme Galant (MR) se dit étonnée et interpellée.

"Des tarifs préférentiels sont proposés lors d'événements spéciaux comme la prestation de serment du roi Philippe l'an dernier ou encore pour l'arrivée du Tour de France voici quelques années. Mais je suis étonnée que ces tarifs soient également proposés pour une manifestation", a-t-elle commenté.

Le prix des billets aller-retour "événement" varie de 12 à 14 euros, ce qui est généralement meilleur marché que des billets standards (29,60 euros depuis Liège, 18,80 euros depuis Charleroi).

Arguant d'une logique tarifaire, la SNCB s'était défendue mardi d'avantager les manifestants et avait rappelé que ce type de ticket était aussi proposé pour d'autres grands rendez-vous, comme la prestation de serment du roi Philippe ou les étapes belges du Tour de France. Elle a par ailleurs prévu huit trains supplémentaires dans la matinée de jeudi pour acheminer les manifestants dans les meilleures conditions.

L'afflux de passagers sur le réseau SNCB lors de grandes manifestations débouche souvent sur l'impossibilité de contrôler ces passagers et sur une gratuité de fait.


En cas d'activation du plan de délestage, aucun train ne circulera

Si le plan de délestage devait être activé durant une journée de l'hiver à venir, aucun train ne circulerait durant cette même journée, et ce dans tout le pays, ont indiqué plusieurs sources internes à la SNCB, selon une information développée mercredi par De Morgen. Les trains seraient annulés partout dans le pays, et non dans les seules zones touchées par le délestage, bien que 85% des trains sont alimentés par des caténaires. Le problème se situe plutôt au niveau des boîtiers de signalisation, des passages à niveaux et des commutateurs qui sont connectés au réseau électrique local et sans lesquels les trains ne peuvent circuler.

Cela serait trop dangereux, ressort-il d'une analyse sur la sécurité du gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel. Leurs experts recommandent ainsi de ne faire rouler aucun train sur le réseau, et ce durant toute la journée, en cas de délestage.

Le CEO de la SNCB Jo Cornu plaide pour qu'une solution soit trouvée. Un groupe de travail réunissant la SNCB, Infrabel et les cabinets des ministères de l'Énergie, de l'Économie et de la Mobilité a déjà été constitué mais n'a cependant pas réussi à dégager de solution.

Sur le même sujet