Marc Goblet (FGTB) : "Le gouvernement fédéral a une attitude scandaleuse"

Le secrétaire général de la FGTB assure que "toutes les dispositions seront prises" si l'action syndicale devait se poursuivre après la grève générale du 15 décembre.

Belga
Marc Goblet (FGTB) : "Le gouvernement fédéral a une attitude scandaleuse"
©Belga

Le secrétaire général de la FGTB, Marc Goblet, a dénoncé l'"attitude scandaleuse du gouvernement fédéral" lundi matin lors d'un piquet de grève au parc industriel de Rhisnes (province de Namur) dans le cadre de la deuxième grève tournante décrétée par le front commun syndical. "Ils répètent que le mot 'concertation' est écrit 117 fois dans leur déclaration de politique générale. On leur demande de respecter une seule fois la concertation sociale", a-t-il déclaré. Le secrétaire général de la FGTB assure que "toutes les dispositions seront prises" si l'action syndicale devait se poursuivre après la grève générale du 15 décembre. "On ne restera pas sans réaction, nous l'avons dit au conseil ministériel restreint. Si on ne continue pas jusqu'au bout devant cette injustice sociale anti-économique, on ne pourrait plus se revendiquer syndicaliste. Et j'ai envie de me regarder dans la glace le matin."

"Le gouvernement prend des mesures qui ont pour seul but de rendre les pauvres plus pauvres et les riches plus riches. Il parle de modernité. Etre moderne aujourd'hui, c'est faire en sorte que les travailleurs soient les seuls pénalisés au profit du capital. Je préfère être archaïque", ajoute Marc Goblet.

A ceux qui accusent les grévistes d'être des "preneurs d'otages", Marc Goblet répond: "Quand ils se rendront compte de l'impact des mesures du gouvernement, ils réaliseront qu'ils auraient dû être à côté plutôt que contre nous."

Marc Goblet et Marie-Hélène Ska, secrétaire générale CSC, se sont ensuite rendus à Liège pour soutenir différents piquets de grève.


"Le gouvernement doit changer sa feuille de route ou s'en aller" (Guy Fays, FGTB)

"Nous avons compris que tous ensemble, nous devons lutter contre le gouvernement Michel", a déclaré Thierry Jacques, secrétaire régional de la CSC Namur-Dinant lundi matin lors d'un piquet de grève au parc industriel de Rhisnes (province de Namur) où 200 personnes étaient présentes dans le cadre de la deuxième grève tournante décrétée par le front commun syndical. "Le gouvernement doit changer sa feuille de route ou s'en aller", a ajouté Guy Fays, secrétaire régional de la FGTB Namur. "Nous continuerons tant que le gouvernement restera aveugle aux actions et sourd aux revendications syndicales. Le combat continue. Le 15 décembre, il va falloir encore montrer les dents et crier notre mécontentement", a ajouté Guy Fays, dénonçant le "programme anti-social et anti-économique" du gouvernement fédéral.

Selon le secrétaire régional FGTB, 60% de la croissance interne du pays vient de la consommation des ménages. "S'en prendre aux travailleurs, c'est s'en prendre à l'économie du pays. Il est faux de croire que quand on donne de l'argent aux entreprises, cela crée de l'emploi: ils donnent 1,5 fois aux actionnaires ce qu'ils touchent comme subsides. Et puis on les retrouve dans des Luxleaks avec des montages fiscaux. C'est cela, le civisme façon FEB (Fédération des Entreprises belges, NDLR)."

"Ce programme intolérable, insupportable, inéquitable s'en prend aux travailleurs, salariés et indépendants, et aux allocataires sociaux tandis que les rentiers et les actionnaires, eux, vont pouvoir continuer à vivre dans le paradis fiscal qu'est la Belgique pour eux", s'est exclamé Thierry Jacques.