Joëlle Milquet met la dernière main à un plan de lutte contre la radicalisation à l'école

La ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (cdH), met actuellement la dernière main à un plan de lutte contre la radicalisation des jeunes dans le cadre scolaire, a-t-elle indiqué dimanche à l'issue d'une semaine marquée par une série d'attaques sanglantes à Paris.

Belga
Joëlle Milquet met la dernière main à un plan de lutte contre la radicalisation à l'école
©BELGA

La ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (cdH), met actuellement la dernière main à un plan de lutte contre la radicalisation des jeunes dans le cadre scolaire, a-t-elle indiqué dimanche à l'issue d'une semaine marquée par une série d'attaques sanglantes à Paris.

"Mener un travail de prévention à l'école est très important car c'est là que l'on peut toucher plus facilement les jeunes", justifie la ministre. En préparation depuis plusieurs semaines déjà, ce plan d'action livrera ses premiers effets concrets dans les toutes prochaines semaines. Il visera les différentes écoles concernées à Bruxelles ainsi que dans les grandes villes du sud du pays, a-t-elle précisé. 

Ce plan s'articulera notamment sur des cycles de deux jours de formation à destination des enseignants, des éducateurs, des directeurs d'écoles et des centres PMS afin de lutter plus efficacement contre les processus de radicalisation des jeunes, dont certains ont quitté l'école ces derniers mois pour rejoindre la Syrie. Mme Milquet mène également une série de contacts pour qu'une pièce de théâtre humoristique portant sur la radicalisation des jeunes puisse être présentée dans les mois qui viennent aux écoles concernées. "Cette pièce de théâtre sera à chaque fois suivie d'un débriefing avec les jeunes afin de libérer la parole", précise la ministre. 

Des contacts avec différents acteurs du monde culturel ont également été pris pour travailler sur le thème de la liberté d'expression avec les écoles. Enfin, le dernier axe de ce plan portera sur l'élaboration de différents outils pédagogiques "afin de proposer aux jeunes une meilleure résistance morale face aux logiques d'endoctrinement". Interrogée sur les moyens financiers qui seront mis à disposition de ce plan de lutte, Mme Milquet a estimé qu'ils ne devaient pas être forcément importants. "On peut déjà faire beaucoup de choses avec peu de moyens", a-t-elle assuré. 

Sur le même sujet