Joëlle Milquet veut réformer le secteur des écoles de devoirs

La ministre francophone de l'Education, Joëlle Milquet, a affiché jeudi sa volonté de réformer le secteur des écoles des devoirs, un des outils-clés de la lutte contre l'échec scolaire en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Joëlle Milquet veut réformer le secteur des écoles de devoirs
©Belga
Belga

La ministre francophone de l'Education, Joëlle Milquet, a affiché jeudi sa volonté de réformer le secteur des écoles des devoirs, un des outils-clés de la lutte contre l'échec scolaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Mme Milquet (cdH) entend mener ce chantier dans le cadre plus global du "pacte pour un enseignement d'excellence" qui sera lancé d'ici la fin de ce mois.

L'objectif, a-t-elle indiqué mercredi en réponse à une question du député Bruno Lefebvre (PS), est d'améliorer l'efficacité de ces services, et d'assurer une "meilleure cohérence de l'offre pédagogique".

Il s'agira notamment d'assurer, dans un esprit de concertation des différents acteurs, une meilleure articulation entre les rôles respectifs des établissements scolaires et des écoles de devoirs, a-t-elle expliqué.

La ministre a indiqué dans la foulée que le budget alloué à ces écoles de devoirs serait porté à 1,5 million d'euros dès cette année, contre 1,2 million l'année dernière, et que ces moyens continueraient par après à augmenter de l'ordre de 3% par an.

"Mais je pense que cela ne sera pas suffisant et qu'il faudra trouver des moyens complémentaires ailleurs", a ajouté Mme Milquet.

On dénombre actuellement quelque 200 écoles des devoirs en Fédération qui sont regroupées au sein de cinq coordinations régionales.

Celles-ci accueillent chaque année plusieurs milliers de jeunes de 6 à 18 ans pour les accompagner dans leurs travaux scolaires, mais aussi mener avec eux un travail éducatif, culturel et de formation citoyenne.