Les conteneurs à peine contrôlés au port d'Anvers

Sur base d'une analyse de risques, seuls quelques conteneurs subissent une inspection en profondeur. Les douanes soumettent alors leurs cargaisons à un scanner de fret, qui permet de le mettre en image en neuf minutes et qui constitue l'outil le plus important dont les agents disposent pour lutter contre les différents trafics.

Les conteneurs à peine contrôlés au port d'Anvers
©Photo news
Belga

Le contrôle normal des navires au port d'Anvers reprendra aussi rapidement que possible, a indiqué Stephan Vanfraechem, directeur d'Alfaport, coupole des entreprises établies dans le port anversois. Des problèmes sont survenus lorsque le scanner de la rive gauche est tombé en panne, selon lui, mais des solutions ont entre-temps été avancées. La presse flamande rapportait mardi que le scanner de fret du port d'Anvers se trouvant sur la rive gauche de l'Escaut était défectueux depuis la mi-janvier, tandis que celui se trouvant sur la rive droite était en piteux état, selon les syndicats. Le nombre d'infractions constatées avait ainsi considérablement baissé.

"Toutes les entreprises sont en faveur de contrôles corrects dans le port, avec des analyses de risques pertinentes pour sélectionner les conteneurs concernés. Les contrôles se déroulent au mieux, avec le moins de perturbations possible pour la chaîne logistique", a précisé M. Vanfraechem.

Selon lui, il y avait quelques problèmes après la panne du scanner fixe de la rive gauche. "Dès qu'un conteneur est ciblé, il faut se présenter pour un scanner effectif. Si le scanner tombe brusquement à l'arrêt, il n'est pas certain que le conteneur ait été libéré ou non", ajoute-t-il. "Mais entre-temps, des procédures intermédiaires ont été suivies. La rive gauche a également vu arriver un scanner mobile plus important, ce qui a permis de procéder aux contrôles de manière plus fluide."

Sur le même sujet