Des bourgmestres s'engagent contre la pauvreté infantile

Un enfant européen sur quatre court le risque de tomber dans la pauvreté. En Belgique ce chiffre est de un sur cinq, soit environ 400.000 enfants vivant dans une famille située en dessous du seuil de pauvreté.

BELGA
Des bourgmestres s'engagent contre la pauvreté infantile
©Belga

Plusieurs bourgmestres ont signé mardi une déclaration dans laquelle ils s'engagent à lutter contre la pauvreté infantile. La signature s'est déroulée en présence du ministre fédéral des Grandes Villes Jan Jambon et de la secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté Elke Sleurs. Les bourgmestres de Bruxelles-ville, Schaerbeek, Charleroi et Liège figurent parmi les signataires. Les maïeurs s'engagent à faire en sorte que les familles de quartiers défavorisés aient aussi accès à l'enseignement et à des soins de santé abordables financièrement. Les villes oeuvreront également afin de favoriser la participation des parents au marché du travail, de créer des services d'accueil inclusifs et de haute qualité pour les enfants, d'adopter des mesures pour une politique de réduction de l'abandon scolaire précoce ou encore de rendre possible l'accès des enfants à un logement sûr et approprié.

Un enfant européen sur quatre court le risque de tomber dans la pauvreté. En Belgique ce chiffre est de un sur cinq, soit environ 400.000 enfants vivant dans une famille située en dessous du seuil de pauvreté.

"La pauvreté infantile est dans un grande mesure un phénomène urbain", affirme Jan Jambon. "Le fait qu'un enfant sur cinq en Belgique risque de connaître la pauvreté est en réalité inacceptable", poursuit-il. "Tous les niveaux de pouvoir doivent maintenant prendre leurs responsabilités".

La signature de cette déclaration est une première européenne, réalisée à l'initiative du SPP Intégration sociale. L'objectif est aussi d'encourager les villes des autres Etats membres à y adhérer.