Serge Kubla (MR) en prison, Florence Reuter "complètement sous le choc"

Le bourgmestre de Waterloo a été incarcéré à la prison de Saint-Gilles et placé sous mandat d’arrêt ce mardi. Les faits litigieux concernent les activités en République démocratique du Congo du groupe industriel Duferco, lorsque l'homme politique était ministre wallon de l'Economie. Certains membres du MR réclament la démission de Serge Kubla de son maïorat à Waterloo. Découvrez toutes les réactions.

Serge Kubla (MR) en prison, Florence Reuter "complètement sous le choc"
©Bauweraerts
Rédaction en ligne et Belga

Le bourgmestre de Waterloo Serge Kubla (MR) a été inculpé et placé sous mandat d'arrêt mardi pour "corruption concernant une personne qui exerce une fonction publique dans un état étranger" comme auteur ou coauteur par le juge d'instruction de Bruxelles Michel Claise, a indiqué le parquet fédéral dans un communiqué.

Les faits litigieux concernent les activités en République démocratique du Congo du groupe industriel Duferco, ce dernier étant suspecté d'avoir, au travers de la corruption d'agents publics congolais, "favorisé l'évolution d'investissements importants dans le secteur du jeu et des loteries", selon le communiqué.

Ces fonds auraient été transmis au moins pour partie par l'intermédiaire Serge Kubla, ancien ministre wallon de l'Economie.

Celui-ci est soupçonné d'avoir remis 20.000 euros à l'épouse de l'ancien Premier ministre congolais Adolphe Muzito, en exercice entre 2008 et 2012, lors d'une rencontre à l'hôtel "Président" de Bruxelles à titre d'acompte sur une somme évaluée à 500.000 euros.

Selon le site internet du journal "De Tijd" qui s'appuie des sources bien informées, M. Kubla aurait lui-même reçu "plusieurs centaines de milliers d'euros" de l'entreprise sidérurgique via une société écran off-shore.

D'autres intervenants...

Agé aujourd'hui de 67 ans, M. Kubla a été placé sous mandat d'arrêt "compte tenu des risques de collusion avec d'autres intervenants à ce stade de la procédure", précise le communiqué du parquet fédéral. Le bourgmestre de Waterloo a été incarcéré à la prison de Saint-Gilles.

Son inculpation et son arrestation ont été précédées de plusieurs perquisitions menées mardi matin par la police fédérale à la demande du magistrat instructeur.

Le parquet fédéral précise dans son communiqué qu'il avait saisi le juge Claise le 17 novembre 2014 d'en informer "notamment à charge de Monsieur Kubla" du chef de corruption concernant une personne qui exerce une fonction publique dans un état étranger.

Contactée par l'agence Belga, la direction de Duferco n'a pas souhaité faire de commentaires.

Indétrônable et très populaire dans sa commune, Serge Kubla était à la tête de la ville de Waterloo depuis 1977. L'homme politique a quitté le parlement régional suite aux élections du 25 mai dernier.


DE NOMBREUSES REACTIONS

Le MR réclame sa démission

Du côté du MR, tant au niveau fédéral que communal, l'information a eu l'effet d'une bombe. Sans tarder, le président du MR, Olivier Chastel réclame la démission de Serge Kubla de son maïorat à Waterloo.





Jean-Paul Wahl également "abasourdi"

Le président de la fédération MR du Brabant wallon s'est dit lui aussi "abasourdi" par la nouvelle. Jean-Paul Wahl, député bourgmestre de Jodoigne et sénateur, est un proche de Serge Kubla. Il a appris la nouvelle par la presse et indique ne posséder aucune information à ce stade.

"Je suis abasourdi. Je ne peux rien dire pour l'instant: je ne dispose d'aucune information. Il faut évidemment que la justice fasse son travail et on verra ce qui va se passer dans les heures qui viennent. Je suis ahuri. C'est vrai que je suis très proche de Serge Kubla et nous n'avons jamais parlé de quoi que ce soit", indique le président du MR Brabant wallon.


Florence Reuter "complètement sous le choc"

Première échevine empêchée de Waterloo, la députée régionale Florence Reuter se dit "complètement sous le choc" après avoir appris par la presse l'inculpation du bourgmestre Serge Kubla. Elle estime qu'il faut attendre la suite des événements avant de prendre position ou de faire une déclaration sur le sujet.

"Je suis choquée après avoir appris la nouvelle par la presse, comme tout le monde. Il est prématuré de faire un commentaire à ce stade: j'attends des informations, je n'en ai pas et pour l'instant, on digère tous la nouvelle. En ce qui concerne une éventuelle démission, c'est d'abord à Serge Kubla de prendre cette décision. On attend de voir ce qui va se passer", indique Florence Reuter.

Si elle devait succéder à Serge Kubla en tant que première échevine, Florence Reuter devrait d'abord renoncer à son siège de députée régionale. Une possibilité sur laquelle elle ne désire faire aucun commentaire, estimant la question complètement prématurée.


Daniel Conrath (PS): "Monsieur 10%? Rien n'a jamais été prouvé..."

Interrogé par la RTBF, Jean-Louis Verboomen, membre de l'opposition Ecolo à Waterloo, confie qu'il s'agit d'un "séisme pour la ville. Car le MR y dispose de la majorité absolue".

Autre intervenant, Bernard Catala (conseiller communal du parti MVW) assure pour sa part que "quand vous avez la majorité absolue, vous ne faites plus la part de choses. Quelqu'un qui a un pouvoir absolu, c'est un monarque du Moyen Âge."

Enfin, le socialiste Daniel Conrath, membre également du conseil communal, fait allusion à "Monsieur 10%". "Il aurait été amené peut-être à pouvoir réclamer certaines enveloppes, pour certains contrats auprès de certaines personnes. D'où ce surnom de Monsieur 10%. Mais rien n'a jamais été prouvé..."