Serge Kubla "reconnaît les faits" mais pas la "corruption"

L'avocat Roland Forestini est le conseil du bourgmestre de Waterloo. Il s'est exprimé ce mardi soir sur la RTBF. Il assure que son client "reconnaît les faits" mais pas la corruption. Découvrez son témoignage.

Serge Kubla "reconnaît les faits" mais pas la "corruption"
©Bortels
Y. N. et rédaction en ligne

La défense de Serge Kubla, soupçonné de corruption au Congo et placé sous mandat d'arrêt depuis mardi matin, sera assurée par le cabinet d'avocats Forestini. Les deux hommes se sont entretenus mardi soir.

Interrogé par nos confrères de la RTBF, Roland Forestini a assuré que son client "reconnaissait les faits" mais pas la "corruption". Comme il l'affirme, "Serge Kubla reconnaît l'échange de 20.000 euros avec le Premier ministre congolais mais en tant que transaction, pas comme une corruption."

"Cela s'est réglé comme s'il s'agissait d'une facture", conclut l'avocat.

Sur RTL-TVI, l'avocat a ajouté qu'il est "impossible de faire des affaires au Congo d'une autre manière" et que M. Kubla est incarcéré pour des "raisons techniques".

"Il a en effet été placé sous mandat d'arrêt afin de laisser le temps aux enquêteurs d'interroger d'autres personnes impliquées dans le dossier", a-t-il signalé à l'agence Belga. Selon l'avocat, Serge Kubla pourrait donc sortir de prison "dans les prochains jours" voire dès mercredi.

"Pas le personnage central du dossier"

"Les échanges se sont déroulés de manière courtoise, entre personnes courtoises", confiait plutôt Me Forestini à nos confrères de la Dernière Heure.

Lequel déplore l'attention médiatique que l'on porte à son client. "Monsieur Kubla est accusé de corruption dans des marchés qu'il était chargé de passer pour une entreprise au Congo. Il devait prospecter et était chargé de trouver de nouveaux clients pour cette entreprise. Monsieur Kubla est un personnage médiatique mais ce n'est pas le personnage central du dossier."

Roland Forestini indique par ailleurs qu'il tentera de "consoler" Serge Kubla ce soir et qu'il fera tout pour que le bourgmestre de Waterloo soit libéré le plus rapidement possible.

Roland Forestini, avocat fiscaliste renommé, administrateur de l'asbl LFB qui publie notamment la Lettre Fiscale Belge et formateur pour les magistrats qui se spécialisent en droit fiscal, est par ailleurs prévenu de fraude fiscale.

Il est soupçonné d'avoir mis en place en 2006 un carrousel TVA autour de l'achat de voitures de luxe. La fraude fiscale est estimée à un peu plus de 600.000 euros, d'après le parquet général.

La cour d'appel de Bruxelles doit rendre un arrêt le 31 mars prochain concernant la nécessité ou non de poser deux questions préjudicielles à la Cour constitutionnelle, dans le cadre de ce procès.

Sur le même sujet