Cerexhe: "Galant a créé une nouvelle route de nuit"

Cette fois-ci, ça y est. Les routes aériennes qui ont défrayé la chronique bruxelloise l'an dernier disparaissent au profit de la réactivation d'un autre virage qui ne satisfait pas tout le monde. Des nouvelles actions en justice sont à prévoir dans un dossier miné depuis 15 ans. Analyse et reportage.

Colleyn Mathieu et Bosco d’Otreppe
Cerexhe: "Galant a créé une nouvelle route de nuit"
©Jean Luc Flemal
La mise en œuvre de la sixième phase du plan de survol de Bruxelles orchestrée par Melchior Wathelet sous la législature précédente s’est transformée en cataclysme politique. A partir du 6 février 2014, des milliers de Bruxellois furent quotidiennement survolés, du jour au lendemain, par des centaines d’avions alors qu’ils n’avaient jamais eu à subir les conséquences des activités de l’aéroport national de Zaventem. Si le gouvernement précédent, fort d’un accord politique datant de 2010, a modifié substantiellement le survol de la capitale, il n’a pas mesuré les effets dévastateurs de ce volet du plan qui prévoyait l’éclatement des décollages au départ d’une des pistes de l’aéroport. Les deux virages créés au-dessus d’Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre, Watermael-Boitsfort et Auderghem, le survol accru du canal de Bruxelles et les nuisances...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité