Bourse des mères porteuses à Bruxelles: une députée sp.a parle de "traite d'êtres humains"

La bourse de mères porteuses qui se tient ce week-end à Bruxelles est "répréhensible", estime la députée Karin Jiroflée.

Bourse des mères porteuses à Bruxelles: une députée sp.a parle de "traite d'êtres humains"
©capture d'écran menhavingbabies.org
Belga

La bourse de mères porteuses qui se tient ce week-end à Bruxelles est "répréhensible", estime la députée Karin Jiroflée dans une réaction livrée à l'agence Belga (lire à ce sujet l'opinion publiée sur LaLibre.be disponible en intégralité en cliquant ici). Elle est toutefois "satisfaite que les associations belges se soient distanciées" de l'événement. "Pour nous, la gestation pour autrui commerciale est semblable à de la traite d'êtres humains, d'enfants. Nous sommes convaincus que la gestation pour autrui non-commerciale doit être légalement réglée le plus rapidement possible afin de rejeter toute pratique commerciale", explique la députée flamande.

"Dans la même lignée, des propositions de loi se trouvent actuellement à la Chambre. Notre proposition prévoit qu'un acte notarié soit établi pour la naissance, grâce auquel les futurs parents deviennent les parents légaux au moment de l'arrivée de l'enfant, en mentionnant bien évidemment la mère porteuse, pour des raisons médicales. Nous ne prévoyons aucun délai de rétractation pour la mère porteuse pour des raisons de sécurité juridique."

Ces accords doivent, selon Karin Jiroflée, être réglés dans le cadre médical et psychologique d'un centre de fertilité. "Et sous la direction de ce centre." L'acte notarié doit décrire de manière détaillée les droits et obligations des deux parties prenantes à l'accord.