Le jihad n'est pas qu'une affaire d'hommes

Un grand procès qui vise 32 hommes et femmes s'ouvre ce jeudi à Bruxelles. Ils sont accusés d'avoir participé à une filière d'envoi vers la Syrie. Retour sur un phénomène qui touche et attire également les femmes. Analyse.

Jacques Laruelle
Le jihad n'est pas qu'une affaire d'hommes
©Belga
Trente-deux hommes et femmes poursuivis : le procès pour participation à des filières d’envoi de combattants en Syrie qui s’ouvre jeudi est le plus important procès en matière de terrorisme jamais organisé à Bruxelles. Il y a sept détenus. Ceci dit, comme à Anvers l’hiver dernier, lorsque 46 personnes avaient été jugées dans le cadre des filières mises en...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité