Les élèves se ruent sur les filières d’aide aux personnes

La Fédération Wallonie-Bruxelles a réalisé un cadastre de l’enseignement qualifiant en 2014. Une majorité de jeunes choisit d’apprendre un métier de contacts humains. Les formations de batelier, carreleur ou boucher-charcutier n’intéressent plus grand monde. Certaines de ces options désertées offrent pourtant de nombreux débouchés. Analyse.

CENTRE MULTI-ACCUEIL PETITE ENFANCE ET JEUNESSE DE L'ILOT MOMES, ACTIVITES D'EVEIL, EDUCATION, PSYCHOMOTEUR, DAMVILLE (27), FRANCE // THE ILOT MOMES MULTI-STRUCTURE CENTRE FOR TODDLERS AND YOUNG CHILDREN, EARLY AWAKENING ACTIVITIES, EDUCATION, PSYCHOMOTOR, DAMVILLE (27), FRANCE/PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT
CENTRE MULTI-ACCUEIL PETITE ENFANCE ET JEUNESSE DE L'ILOT MOMES, ACTIVITES D'EVEIL, EDUCATION, PSYCHOMOTEUR, DAMVILLE (27), FRANCE // THE ILOT MOMES MULTI-STRUCTURE CENTRE FOR TODDLERS AND YOUNG CHILDREN, EARLY AWAKENING ACTIVITIES, EDUCATION, PSYCHOMOTOR, DAMVILLE (27), FRANCE/PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT ©Photo News
Isabelle Lemaire
La Fédération Wallonie-Bruxelles a procédé à une cartographie de l’enseignement qualifiant en Belgique francophone. Ce type d’enseignement, encore souvent perçu comme une filière poubelle qui recueille les élèves ayant échoué ailleurs, est pourtant...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité