La nouvelle mosquée à Saint-Josse a été conçue par l’architecte d’Erdogan

Mais on trouve l’iris dans le décor, preuve de la volonté de "cohésion" avec Bruxelles.

Christian Laporte
Innauguration mosquee passive Saint Josse
Innauguration mosquee passive Saint Josse ©stepha ie Lecocq

S’il avait soigneusement annulé les uns après les autres ses rendez-vous avec les médias tant audiovisuels qu’écrits en fin de semaine dernière, le député fédéral et bourgmestre de Saint-Josse était en première ligne dimanche dernier pour l’inauguration d’une nouvelle mosquée dans sa commune.

Sa particularité ? Sise rue Saint-Josse, près de la chaussée de Louvain, elle comprend un minaret qui n’a cependant rien de commun avec ceux des grandes mosquées de la planète même si elle peut accueillir plusieurs centaines de fidèles ainsi que des jeunes du quartier pour diverses activités pédagogiques. Son architecture s’intègre plutôt bien dans l’environnement tennoodois.

L’iris dans le décor

Comme l’explique le leader du projet Mehmet Kart "nous sommes à la fois originaires de Turquie et en même temps d’ici". Cela se retrouve dans le bâtiment qui s’inspire de l’architecture ottomane moderne de la fin du XIXe siècle, mais on trouvera aussi des éléments bruxellois dans son décor comme le symbole qu’est l’iris. En outre, il s’agit d’une construction écologique qui permettra d’économiser pas mal d’énergie.

De quoi réjouir globalement Emir Kir qui n’a pipé mot de la polémique sur le génocide arménien, mais s’est réjoui de sa concrétisation dans sa commune dans le cadre de l’intégration des Turcs en Belgique. A ses yeux, "la réalisation de ce projet constitue un tournant. Alors que nous fêtons le 50 e anniversaire de l’immigration turque en Belgique, cette mosquée est une preuve de la volonté de la communauté turque de vivre en cohésion avec la société belge"

Comme le nouveau palais d’Erdogan

Selon le site "Info-Türk", la mosquée a été dessinée par l’architecte belgo-turc Sefik Birkiye qui a conçu le nouveau palais du président Recep Tayyip Erdogan. Il se fait que la construction de ce palais a été contestée par une grande partie de la population et les observateurs politiques turcs y voient une des raisons principales de la défaite de l’AKP aux élections législatives turques.

La nouvelle mosquée appartient à l’Union des centres culturels islamiques de Belgique (UCCIB), une des branches européennes du mouvement islamiste turc Süleymancilar. Dans "L’Iris et le croissant" coordonné par Felice Dassetto, le mouvement est présenté comme un concurrent des grands courants turcs Milly Görüs et la Diyanet, singulièrement sur l’espace très restreint autour de la chaussée de Haecht où vivent un grand nombre de musulmans turcs. Ce n’est pas un hasard si Süleymancilar, présent chez nous depuis la fin des années septante, tenait à la construction d’une mosquée impressionnante…


Sur le même sujet