Bicentenaire de la bataille de Waterloo: un blessé grave lors du spectacle "Inferno"

Un participant au grand show pyrotechnique à été gravement brûlé au visage.

Rédaction en ligne et Belga

Le grand spectacle "Inferno", qui clôturait la première journée de commémoration du bicentenaire de la bataille de Waterloo a ravi les 11 000 spectateurs présents sur place. Mais il a aussi été le lieu d'un grave incident. En effet, un des participants a été gravement brûlé pendant le déroulement du show, explique la RTBF. A tel point que la victime a dû être transportée à l'hôpital des grands brûlés de Neder-Over-Hembeek, où elle a été prise en charge pour des brûlures au visage.

"Quelques retombées incandescentes du show pyrotechnique ont touché des figurants", a déclaré le lieutenant de la zone de secours du Brabant wallon Patrick Dehuisser, à nos confrères. Le site web de la RTBF ajoute que deux autres personnes ont également subi des blessures, mais plus légères. Malgré tout, on assure que les règles de sécurité ont été respectées. Le risque zéro n'existe cependant pas dans ce genre de spectacles impliquant des effets pyrotechniques.


Un spectacle de grande envergure

Le spectacle d'ouverture des commémorations du bicentenaire de la bataille de Waterloo a été joué jeudi à partir de 23h00. Imaginé par le metteur en scène belge Luc Petit, il a mobilisé environ 300 reconstitueurs des deux camps, une cinquantaine de chevaux et 150 artistes. Tranchant avec les reconstitutions de bataille prévues vendredi et samedi soir, "Inferno" se voulait une évocation onirique de la bataille, s'appuyant notamment sur un poème de Victor Hugo. L'acteur Bernard Yerles incarnait le célèbre écrivain français jeudi soir sur scène . Une scène peu commune puisque tracée au milieu de la campagne waterlootoise, elle mesurait 170 mètres de longueur. De quoi stimuler l'imagination de Luc Petit, qui a tiré parti d'effets pyrotechniques spectaculaires, de jeux de lumière réglés au millimètre et d'écrans surgissant au milieu des champs de blé.

Chevaux lumineux sur fond de feux d'artifice enflammant le ciel, affrontement matérialisé par un jeu d'échec, danseurs évoluant au millieu des flammes sur des musiques résolument énergiques, charges de (vraies) cavalerie faisant sonner les sabres dans la nuit, les trouvailles esthétiques de Luc Petit ont enthousiasmé les spectateurs.

Les commémorations du bicentenaire se poursuivront jusque dimanche avec plusieurs temps forts dont, vendredi et samedi à partir de 20h00, les plus grandes reconstitutions napoléoniennes jamais organisées en Europe. Elles mettront aux prises plus de 5.000 hommes en uniforme et 300 chevaux.