La vague de chaleur et ses conséquences sur la Belgique

À Anvers, il est demandé aux visiteurs de ne pas fumer et de ne pas laisser les enfants jouer sans surveillance dans les zones naturelles. En Wallonie, ce sont les agriculteurs qui en font les frais. Voici les conséquences de la canicule.

Belga

La phase d'alarme incendie dans 45 zones de nature et de forêt de la province d'Anvers a été déclenchée par l'Agence flamande pour la nature et la forêt (Agentschap voor Natuur en Bos). Il s'agit de l'avant dernier palier (orange) avant l'alerte maximale. L'alerte passe ainsi de la phase jaune (danger) à la phase orange (risque élevé), ce qui veut dire que la sècheresse et le risque d'incendie est important dans les zones naturelles. L'agence demande aux visiteurs de ne pas fumer et de ne pas laisser les enfants jouer sans surveillance.

Dans le Limbourg, l'alerte est passée de vert (risque faible) à jaune dimanche.

Pas encore de phase d'alerte incendie en forêt en Wallonie

La phase d'alerte concernant les risques d'incendies en forêt n'a pas encore été déclenchée en Wallonie, a indiqué mercredi le cabinet du ministre de l'Environnement René Collin. Si la phase d'alerte concernant les risques d'incendies en forêt n'a pas encore été déclenchée en Wallonie, le ministre René Collin a tenu a rappeler les précautions à prendre pour prévenir les feux de forêt et dans les autres milieux naturels.

Ainsi, le ministre rappelle "qu'il est strictement interdit d'allumer un feu de quelque nature que ce soit, en forêt". René Collin ajoute que "le long des routes traversant les forêts, il est interdit de jeter tout objet et à fortiori des mégots de cigarettes". Il demande également aux promeneurs, aux exploitants forestiers,... d'être particulièrement vigilants sur les dangers potentiels existants et de rester sur les chemins et les sentiers balisés. En Fagnes par exemple, le drapeau rouge lorsqu'il est hissé interdit l'accès à certaines zones. "Mais, ce n'est pas le cas pour le moment", indiqué Léo Schlembach, responsable de la direction du DNF à Malmedy.

Par ailleurs la commune de Stoumont a déjà annoncé qu'elle avait pris des mesures de restriction de l'eau potable. A Bullange également, le bourgmestre, Friedhelm Wirtz, a indiqué qu'un courrier serait envoyé aux ménages pour leur demander de ne pas laver leur voiture, de ne pas arroser le jardin ou de ne pas remplir des piscines avec l'eau courante afin d'éviter toute pénurie.


Des rendements en baisse dans l'agriculture

La vague de chaleur a des conséquences concrètes pour le secteur agricole, indique mercredi Daniel Coulonval, président de la Fédération Wallonne de l'Agriculture (FWA). Les rendements laitiers sont en baisse et certaines plantes arrivent trop vite à maturité. "Avec cette vague de chaleur, on risque de connaître une maturité précoce pour l'orge et l'escourgeon", commente M. Coulonval. "Les grains sèchent trop vite avec, en conséquence, une baisse de qualité et un moins bon rendement. Je connais certains collègues qui ont déjà commencé à moissonner", ajoute le président de la FWA. "On s'attend à une situation semblable pour les céréales avec un risque de moissons précoces. Par contre, pour les pommes de terre, le maïs et les betteraves, la situation est normale."

En ce qui concerne l'élevage, "l'herbe des prairies à grande densité d'animaux roussit trop rapidement et ne repousse pas assez vite", détaille M. Coulonval. "L'élevage bovin est particulièrement touché. Lors d'une vague de chaleur, on constate une baisse de la production laitière, principalement due au déficit en herbe. L'irrigation et l'approvisionnement en eau du bétail sont également plus compliqués."

Par ailleurs, les conditions de travail des agriculteurs sont modifiées. "Afin d'éviter de travailler aux heures les plus chaudes de la journée, nous nous levons à 04h00 du matin et travaillons également en soirée."

Daniel Coulonval dit enfin espérer que cette vague de chaleur de sera pas suivie "d'orages violents aux conséquences désastreuses pour le secteur".


Les personnes SDF particulièrement sensibles

Les personnes en grande précarité, spécifiquement les personnes sans domicile fixe, sont un groupe à risque important lors de vagues de chaleur, rappellent mercredi différents acteurs sociaux. La mortalité des personnes sans abri est aussi importante l'été que l'hiver, souligne L'Îlot, association d'accueil, d'hébergement et de service aux sans-abri. L'épisode caniculaire qui s'installe en Belgique met en danger les personnes à la rue les plus fragiles qui sont particulièrement exposées au risque de déshydratation et d'accidents cardio-vasculaires, explique L'Îlot dans un communiqué.

Les dangers sont multiples, comme l'explique Pierre Ryckmans de l'ASBL Infirmiers de rue: risque d'alcoolisation accrue due à la chaleur, brûlures et coups de soleil, problèmes dermatologiques (infections, mycoses) décuplés à cause de la transpiration... "Les sans-abri sont également plus dispersés à travers la ville, il est donc plus difficile de les trouver", note-t-il.

Depuis 2006, l'ASBL édite des plans des fontaines et points d'eau potable, ainsi que des toilettes gratuites à Bruxelles pour faciliter l'accès des SDF. Une affiche distribuée aux associations de terrain rappelle également les conseils à donner: se diriger vers un endroit ombragé et aéré, boire régulièrement de l'eau.

Le Samu social de Bruxelles a mis en place depuis mardi un "plan canicule" pour lutter contre la déshydratation. Des équipes mobiles distribuent des bouteilles d'eau à travers la capitale dans le but de sensibiliser les SDF. Les personnes âgées et celles sous influence d'alcool ou autres substances font l'objet d'une attention particulière. Celles-ci "n'ont plus la sensation de soif", indique Christophe Thielens, responsable communication. "Dans certains 'night shops', la bière est moins chère que l'eau", regrette-t-il.

Les acteurs dénoncent une baisse des moyens disponibles pendant l'été, et un nombre de places d'accueil limité. Or "l'exclusion n'est pas saisonnière", relève Christophe Thielens. "C'est toute l'année que le problème se pose."


Sans précipitations, l'Ourthe sera probablement fermée aux kayaks

L'Ourthe pourrait bien être entièrement fermée à la navigation des kayaks d'ici le début de la semaine prochaine, selon la Région Wallonne. Le faible niveau de l'eau a déjà entraîné la fermeture du premier tronçon de l'Ourthe entre Nisramont et Maboge, peut-on lire sur le site de la Région Wallonne dédié à la navigation des kayaks. En l'absence de précipitations dans les prochains jours, l'interdiction de naviguer pourrait s'étendre au 2ème tronçon - Maboge-Barvaux - d'ici vendredi, puis au troisième d'ici le début de la semaine prochaine, précise le SPW. L'Ourthe sera alors entièrement fermée à la navigation des kayaks.


Les festivals prévoient des mesures supplémentaires pour le week-end prochain

Les organisateurs des festivals Couleur Café et TW Classic ont prévu des mesures supplémentaires en raison de la vague de chaleur qui touche l'ouest de l'Europe. TW Classic aura lieu le samedi 4 juillet sur la plaine de Werchter. Couleur Café se tiendra du 3 au 5 juillet sur le site de Tour et Taxis à Bruxelles. TW Classic, qui attend la venue de 60.000 festivaliers, prévoit sur le site du festival de l'eau gratuite à proximité de chaque bloc de sanitaires ainsi que des brumisateurs. Un seul ticket boisson permettra exceptionnellement aux festivaliers de recevoir deux bouteilles d'eau au lieu d'une. Par ailleurs, il sera également possible d'entrer sur le site du festival avec une bouteille par personne. De petits parasols d'un diamètre maximum de 1,2 m seront également autorisés. Les organisateurs prévoient également de créer des coins d'ombre supplémentaires tandis qu'une équipe "crème solaire" arpentera le site.

Couleur Café prévoit pour sa part des robinets supplémentaires, des brumisateurs et de l'eau gratuite. Dans la "Tropical Rain-zone" située à côté de la scène Titan, les visiteurs pourront se rafraîchir dans une fontaine après chaque concert. Samedi à 18h00, une mini "soirée mousse" sera prévue à la place de la traditionnelle "Holi Couleur" où les festivaliers recevaient de la poudre colorée sur eux.


Des glaces et des zones d'ombre supplémentaires dans les parcs animaliers belges

La vague de chaleur qui s'est abattue sur la Belgique impacte également de nombreuses espèces des parcs animaliers. Ceux-ci mettent en place des mesures pour les rafraîchir. Les animaux seront ainsi arrosés ou pourront profiter de zones d'ombres supplémentaires voire même de glaces. Les animaux qui souffrent le plus de la chaleur ne sont pas toujours ceux auxquels on s'attend, note Ilse Segers, porte-parole de Planckendael. "Les tigres, gorilles et ours à lunettes acceptent volontiers un peu de fraîcheur. A Pairi Daiza, on distribue des glaces aux singes, loutres et autres rongeurs, tandis que les éléphants sont aspergés d'eau, comme on peut le voir sur la page Facebook.

Des mesures particulières sont prévues pour le public également afin que la visite reste agréable, notamment dans les bâtiments. Les crèmes glacées sont prévues en suffisance, bien qu'elles soient payantes pour les visiteurs.