Chaleur au bureau : peut-on arrêter de travailler ou venir en short ?

Une canicule s'abat sur la Belgique. Alors que certains en profitent, d'autres subissent la chaleur. Comme les travailleurs, enfermés dans les bureaux ou exposés aux rayons du soleil à l'extérieur. La loi prévoit-elle des aménagements pour les employés en cas de forte chaleur?

Charlotte Maret (ST.)
Chaleur au bureau : peut-on arrêter de travailler ou venir en short ?
©Photo IPM

Une canicule s'abat sur la Belgique. Alors que certains en profitent, d'autres subissent la chaleur. Comme les travailleurs, enfermés dans les bureaux ou exposés aux rayons du soleil à l'extérieur. Une situation inhabituelle qui soulève quelques questions : 

Les employeurs doivent-ils prendre des mesures particulières?  

Oui. Bien que les employés ne soient pas toujours au courant, il existe un arrêté royal relatif aux ambiances thermiques. Cet arrêté se base sur les valeurs d'action d'exposition à la chaleur calculées selon l'indice WBGT (Wet Bulb Globe Temperature) en fonction de la charge physique de travail. L'indice WBGT est fixé en fonction d'un thermomètre globe humide. Attention, c'est ce type de thermomètre qui fixe les conditions et pas un autre. Si vous possédez un thermomètre classique, il suffit de retirer 5°C de ce dernier pour connaitre la valeur correcte. 

Quand la température maximale est-elle atteinte? 

Cela dépend de la charge physique du travail. Pour une charge physique légère (secrétariat), la température maximale est de 29°C. Pour une charge moyenne (travail en position debout), c'est 26°C, pour une charge dite lourde, 22°C. Enfin, pour une charge physique très lourde (travaux de terrassement), c'est 18°C. Dans les conditions actuelles, où les températures tournent autour des 35°C, chaque employé a donc le droit de bénéficier de différents aménagements.

Quels sont ces aménagements?  

Lorsque la température maximale est dépassée, chaque employeur doit pouvoir assurer la livraison de boissons fraîches durant toute la journée et ce en toute gratuité. Il doit aussi assurer l'installation d'un système de ventilation artificielle et prévoir un équipement de protection pour les travailleurs exposés directement aux rayons du soleil. La loi ne prévoit rien de plus en cas de forte chaleur. L'employeur doit veiller à assurer le bien-être et la sécurité de ses employés par une prévention psycho-sociale. Anne Witmeur, avocate spécialisée en Droit du travail au sein du cabinet MCW, préconise un dialogue entre travailleurs et employeurs afin de correspondre au mieux à la situation. "Le meilleur moyen en cas de canicule, c'est le dialogue et le bon sens", dit-elle. 

Que faire en cas de non respect?

Selon Anne Witmeur, "l'employé peut immédiatement porter plainte auprès du conseiller en prévention de la société. Il signale alors être en situation problématique afin d'obtenir une solution immédiate". De son côté, l'employeur en faute devra fournir des dommages et intérêts puisqu'il est en négligence coupable. 

L'arrêt total du travail est-il autorisé en cas de forte chaleur?  

Non. Seulement lors d'un cas de force majeur explique Anne Witmeur. "Lors d'un malaise par exemple, sinon pas question d'arrêter de travailler parce qu'il fait 30°C " rajoute-t-elle. 

Et du côté de la tenue vestimentaire ... 

Sous ces fortes chaleurs, on a tendance à s'habiller plus léger. Mais il existe une obligation générale des salariés de respecter les autres et donc d'avoir une tenue correcte au boulot.C'est une règle de base. "Pas question de venir en short si le règlement interne l'interdit ou le ventre à l'air, ce n'est pas respectueux" précise Anne Witmeur.