La Belgique n'est pas prête à faire face à un drame sur le plan médical

Des experts pointent notamment le fait que les équipements spécifiques destinés à intervenir en cas de catastrophe n'ont plus été remis à jour depuis plusieurs années.

Belga
La Belgique n'est pas prête à faire face à un drame sur le plan médical
©Devoghel

Les autorités belges ne sont pas suffisamment préparées sur le plan médical pour faire face à un attentat sanglant sur le territoire, estiment des spécialistes des urgences, cités jeudi dans la Gazet van Antwerpen (GvA). 

Ces experts pointent notamment le fait que les équipements spécifiques destinés à intervenir en cas de catastrophe n'ont plus été remis à jour depuis plusieurs années. 

Ceux-ci, contenus dans une nonantaine de coffres, sont dispersés sur 52 endroits dans le pays et comprennent du matériel médical et des médicaments d'extrême urgence. "Une partie d'entre eux sont périmés", indiquent des sources ayant préféré garder l'anonymat. Selon celles-ci, seuls 30 à 40% des équipements en question sont encore utilisables.

La Croix-Rouge confirme que ce matériel pose problème depuis quelques années et que ces coffres devraient s'avérer insuffisants dans le cas d'une tragédie semblable à celle qui a frappé Paris vendredi.

Le SPF Santé publique réplique qu'un problème budgétaire a affecté ces équipements en début d'année seulement, et que tout devrait être remis en ordre dans les prochaines semaines.

Les urgentistes soulignent également que les "plans catastrophe" conçus en Belgique ne sont pas préparés pour faire face à une situation dans laquelle on verrait un grand nombre de victimes souffrir de blessures de guerre. "La situation est différente en France, où on avait déjà tiré les leçons de l'attaque contre Charlie Hebdo."