Attentats à Paris: la justice belge à la recherche d'un nouveau suspect important

La perquisition menée dimanche soir à Bruxelles aurait visé un nouveau suspect important dans le cadre des attaques perpétrées à Paris le 13 novembre dernier.

J. La. et Belga
Attentats à Paris: la justice belge à la recherche d'un nouveau suspect important
©BELGA

Il s'agirait d'un homme qui aurait coordonné les attentats de Paris depuis la Belgique.

La perquisition menée dimanche soir à Bruxelles aurait visé un nouveau suspect important dans le cadre des attaques perpétrées à Paris le 13 novembre dernier. En collaboration avec les services français, la justice belge serait à la recherche d'un homme qui aurait coordonné les attentats depuis la Belgique, indiquent lundi les journaux de Mediahuis. D'après l'enquête, de nombreux contacts téléphoniques ont eu lieu entre la France et la Belgique le soir des attentats. Des messages auraient notamment été envoyés à deux téléphones portables sur le territoire belge. Les enquêteurs cherchent désormais à arrêter la personne qui détenait ces appareils et qui aurait pu coordonner les attaques.

Le suspect recherché ne serait toutefois pas l'un des deux hommes interpellés lors de la perquisition dimanche soir, selon les journaux. (Belga)


Les commandos étaient en direct en contact avec des interlocuteurs belges

Les deux commandos de terroristes ayant attaqué le Bataclan et les terrasses des restaurants parisiens étaient en relation avec un ou plusieurs interlocuteurs restés en Belgique juste au moment de préparer leurs attaques.

Ces révélations, divulguées par le journal "Le Parisien" dimanche, montrent que la Belgique est davantage encore impliquée que ce que l’on croyait dans ces attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts.

"Le Parisien" cite le SMS connu qui a été découvert sur le GSM jeté dans une poubelle à proximité du Bataclan. Ce SMS "On est partis, on commence" a été envoyé à 21 h un premier numéro de téléphone en Belgique.

Le même soir, un deuxième téléphone en Belgique a reçu un appel d’un des terroristes qui a fait feu à la Kalachnikov sur les clients des cafés des Xe et XIe arrondissements à Paris. Les deux numéros, précise "Le Parisien", ont été utilisés par une ou deux personnes qui se trouvaient dans le même périmètre géographique en Belgique.

De plus, l’homme non identifié qui a été filmé avec Abdelhamid Abaaoud à Paris a également été en relation le soir des attentats avec un autre numéro en Belgique.

Jawad Bendaoud, le logeur de Saint-Denis qui a hébergé Abaaoud, a également été en contact, dix jours avant les attentats, avec un autre numéro en Belgique. Et l’utilisateur de ce téléphone a été en relation avec un GSM belge à Charleroi dont le propriétaire a quitté Bruxelles, le jour des attentats vers 18 h 15 pour se rendre en France. A 21 h 10, il était à Saint-Denis et à 21 h 30, entre les lieux de deux des attaques des terrasses.


Un cousin parisien

"Le Parisien" affirme encore qu’avant de contacter Attou et Amri, qui viendront, de Molenbeek, chercher Salah Abdeslam à Paris, ce dernier a demandé à un cousin parisien de venir le chercher. Celui-ci a refusé, affirmant : "Je ne sais pas si tu es au courant mais il y a des attentats." Ce à quoi, Salah Abdeslam lui a répondu : "Ah ouais il y a des attentats."

Amri et Attou, qui seront les premières personnes arrêtées en Belgique, seront informés au cours de ce voyage de retour par Salah Abdeslam qu’il a abattu des gens à la Kalachnikov. Il menacera d’ailleurs de faire sauter la voiture s’ils ne l’aident pas.