Koen Geens envisage de rendre impossible la suspension du prononcé en cas de viol

Rendre impossible la suspension du prononcé dans de tels cas, "je ne dis pas qu'on va le faire, je dis seulement: 'il faut en discuter', a expliqué le ministre.

Koen Geens envisage de rendre impossible la suspension du prononcé en cas de viol
©Belga
Belga

Le ministre de la Justice, Koen Geens, a évoqué dimanche la possibilité d'une modification de la loi afin de rendre impossible la suspension du prononcé envers une personne poursuivie pour viol, comme cela a été le cas cette semaine le cas à Gand dans l'affaire de l'animateur radio accusé de viol, une décision qui a suscité de nombreuses réactions.

Rendre impossible la suspension du prononcé dans de tels cas, "je ne dis pas qu'on va le faire, je dis seulement: 'il faut en discuter'. Je vais demander à ma (sic) commission de la justice (de la Chambre) de réfléchir", a dit M. Geens (CD&V), interrogé lors des émissions dominicales de la RTBF et de la VRT dont il était l'invité, les Décodeurs et De Zevende Dag.

"Les peines de travail ne sont déjà plus possibles" dans ce cas, a ajouté le ministre.

L'examen de cette proposition, "nous allons le faire, je le promets", a-t-il dit à la VRT, ajoutant "et vite".

Mercredi, un animateur radio d'une trentaine d'années était jugé à Gand pour viol et a obtenu une suspension du prononcé, n'écopant d'aucune peine, sauf une indemnisation de 4.500 euros à verser à la victime. Il n'avait pas nié les faits, qui s'étaient produits fin 2014.

Le tribunal a jugé qu'il "ne s'est pas agi d'un viol avec brutalité" et que l'homme aurait "mal interprété les signaux émis par la victime", selon les motivations du président du tribunal.

Le ministère public a toutefois interjeté appel.

Sur le même sujet