15 milliards €, le coût total de la succession du F-16

Telle est l’estimation de la Défense pour un programme étalé sur quarante années.

A F-16 fighter aircraft performs at the Singapore Air Force during the Singapore Airshow in Singapore on February 17, 2016. AFP PHOTO / MOHD FYROL
A F-16 fighter aircraft performs at the Singapore Air Force during the Singapore Airshow in Singapore on February 17, 2016. AFP PHOTO / MOHD FYROL ©AFP
Antoine Clevers

Telle est l’estimation de la Défense pour un programme étalé sur quarante années.

Les comptes ne sont pas encore soldés. Loin de là. Mais on y voit plus clair sur ce que devrait coûter l’ensemble du programme de remplacement des F-16. Selon la Défense, qui a fait ses calculs sur la base d’un programme portant sur quarante ans (comme le F-16), le coût lié à l’achat des 34 nouveaux avions de chasse que souhaite acquérir le gouvernement sera de 15 milliards d’euros (14,967 milliards précisément) à l’horizon 2058.

Il s’agit bien là d’une "estimation" dépendant de multiples facteurs, a insisté mercredi le colonel Harold Van Pee devant les députés de la commission Défense de la Chambre. La structure des coûts du programme est en effet très complexe. En vrac, il faut tenir compte de l’acquisition des appareils, des systèmes d’armement, de la formation des pilotes, de la maintenance, des mises à jour techniques, du maintien des F-16 pendant la période de transition, ou encore du personnel nécessaire pour faire tourner la boutique… Etc.

En plus, l’estimation de 15 milliards a été faite à euro constant, c’est-à-dire sur la base de la valeur de l’euro en 2015. Le montant finalement déboursé dépendra aussi de l’inflation et des taux de change entre l’euro, le dollar et la livre. "Le dernier paiement tombera vers 2029-2030, a indiqué le colonel Van Pee, qui est en charge du dossier F-16 au sein de l’état-major de l’armée. D’ici là, on pourrait avoir une variation possible du coût de plusieurs dizaines de pour cent."

Perte de capacité

L’accord de gouvernement prévoit le remplacement des F-16 (ils seront retirés entre 2023 et 2028). Cinq chasseurs sont en lice : les F-35 et F-18 américains, le Rafale français, le Gripen suédois et l’Eurofighter du consortium éponyme. L’équipe Michel doit trancher avant 2018. Le 22 décembre dernier, elle se mettait d’accord pour acheter 34 avions. Selon la Défense, l’ensemble des investissements nécessaires à cette acquisition sera de 3,526 milliards d’euros sur la période 2018-2030. C’est ce prix qui sera "utilisé pour la comparaison" entre les cinq concurrents (à noter que les montants avancés sont des moyennes pour les cinq avions).

Enfin, a encore dit le colonel, les 34 avions permettront à la Belgique d’assurer la défense du territoire national à l’aide de deux appareils et d’en envoyer six en mission à l’étranger. C’est un peu moins que ce que font les 54 F-16 actuels puisque dix chasseurs peuvent être déployés à l’étranger. Il y aura donc une perte de capacité.