Tunnels : le Parlement auditionnera trois ministres-Présidents

Commission spéciale tunnels, épisode quatre au parlement régional bruxellois. Avec une crainte, palpable chez les députés : celle de l’enlisement, celle du ridicule.

Tunnels : le Parlement auditionnera trois ministres-Présidents
©Photo News
Mathieu Colleyn

Le Parlement auditionnera trois ministres-Présidents.

Commission spéciale tunnels, épisode quatre au parlement régional bruxellois. Avec une crainte, palpable chez les députés : celle de l’enlisement, celle du ridicule. Les auditions d’anciens fonctionnaires, d’ex-ministres ou de ministres en fonction, la mise à disposition de plusieurs centaines de pages de rapports concernant l’état des tunnels bruxellois depuis la fin des années 90 auront permis de jeter un peu de lumière sur l’invraisemblable défaut d’entretien et d’investissements qui ont conduit à la situation actuelle.

Le MR agace

Pour autant, reste-t-il des zones d’ombre sur la politique d’engagement au sein de l’administration ou le gel des inspections des tunnels entre 2003 et 2009, pointe l’opposition Ecolo. Celle du MR demande que la Cour des comptes analyse le problème sous l’angle budgétaire. Les libéraux avaient choisi d’annoncer cette demande par communiqué de presse en plein milieu des travaux de la commission, ce qui a eu le don d’irriter la majorité PS, Défi, CDH.

La tension est redescendue et il fut décidé d’auditionner trois ministres-Présidents : les PS Rudi Vervoort (2013 jusqu’à aujourd’hui) et Charles Picqué (2004-2013) ainsi que le libéral François-Xavier de Donnea (entre 2000 et 2003). Cette dernière audition se justifiant par des rapports alarmants datant de cette époque. Via la RTBF, l’ex-député MR a déjà fait savoir qu’il n’aurait pas grand-chose à apporter au débat. Son audition ne devrait durer que quelques minutes, assure-t-il.

Nombre de députés se sont prononcés pour que la commission spéciale passe au plus vite des constats aux recommandations afin de guider la politique à venir.M. Co.

Sur le même sujet