Attentats: Mohamed Belkaid a joué un rôle clé

Des médias lui prêtent un rôle de leader de la cellule qui a frappé à Paris et à Bruxelles.

Ch. Ly.
Attentats: Mohamed Belkaid a joué un rôle clé
©Montage LLB

L’Algérien Mohamed Aziz Belkaid, abattu le 15 mars à Forest par un tireur d’élite, était-il l’un des leaders de l’Etat islamique (EI) en Europe ? Le journal allemand "Die Welt" l’affirme tandis que la chaîne de télévision CNN, se basant sur l’avis d’un enquêteur de haut rang belge, explique que l’homme a été "probablement" le chef de la cellule qui a mené les attentats de Paris et de Bruxelles.

Le 6 janvier dernier, "La Libre" avait indiqué que les enquêteurs estimaient déjà que Belkaid alias "Samir Bouzid" et le Belge Najim Laachraoui alias "Soufiane Kayal" avaient coordonné les attentats de Paris à partir de Bruxelles. Les deux médias prêtent ici à Belkaid un rôle plus important encore - lequel n’est pas confirmé par le parquet fédéral.

En septembre dernier, Salah Abdeslam était parti en Mercedes de location chercher Belkaid et Laachraoui à Budapest. Les deux hommes ont sans doute reçu les nombreux messages envoyés par les assaillants dans la soirée fatidique et envoyé de l’argent à la cousine d’Abaaoud. Aux enquêteurs, Salah Abdeslam a expliqué qu’après les attentats de Paris, il a cherché refuge auprès de Belkaid (qu’il appelle Abdel) à Schaerbeek. "Je n’avais pas d’autre endroit où aller", selon "Le Monde". "Abdel n’était pas content de me voir revenir."

Une fiche de l’Etat islamique révélée par le site Zaman Al-Wasl (proche de l’opposition syrienne) indique que Belkaid est arrivé le 19 avril 2014 en Syrie à la frontière de Tall Abyad. Il a affirmé aux recruteurs de Daech qu’il n’avait pas d’expérience djihadiste mais qu’il était prêt à une opération de martyr. Il est né le 9 juillet 1980.

Avant de passer par la Belgique, Mohamed Belkaid a vécu plusieurs années au nord de Stockholm. Arrivé durant les années 2000, il a épousé une Suédoise, décédée en 2014, et reçu un titre de séjour temporaire vers 2011.

Selon la presse suédoise, l’homme a été condamné quatre fois en Suède (en 2009, deux fois en 2011 et en 2013) pour des faux documents et des vols. Les policiers belges ont trouvé près de son corps à Forest un drapeau de l’Etat islamique, une kalachnikov et un recueil de commentaires islamiques.