Accident ferroviaire à Saint-Georges-sur-Meuse: l'enlèvement des wagons est en cours et se poursuivra mardi

Le ministre de la Mobilité, François Bellot, a prévenu qu'il était encore trop tôt pour tirer la moindre conclusion. "Les rumeurs quant aux éventuels manquements de la SNCB et d'Infrabel ne sont que des spéculations", a-t-il affirmé.

Belga

L'enlèvement des wagons impliqués dans l'accident ferroviaire survenu dimanche soir à Saint-Georges-sur-Meuse (province de Liège) est en cours et se poursuivra mardi, a annoncé lundi vers 17h30 le procureur du Roi de Liège Philippe Dulieu. L'opération a également été confirmée par Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire belge, qui ajoute que le trafic ferroviaire restera interrompu mardi entre Flémalle-Haute et Huy. Le procureur a indiqué que la boîte noire du train de voyageurs impliqué dans l'accident n'a pas encore été retrouvée. Selon Infrabel, celle-ci sera récupérée dans les prochaines heures, lorsque la motrice sera relevée et évacuée par le train de levage dépêché sur place.

L'évacuation des deux derniers wagons doit avoir lieu mardi vers midi ou en début d'après-midi, ajoute Infrabel.

Par ailleurs, les voies ont également été endommagées. Un rétablissement partiel de l'infrastructure n'est dès lors pas prévu "avant un jour ou deux", selon Infrabel. La société confirme dès lors qu'aucun train ne circulera mardi entre Flémalle-Haute et Huy.

Un train de voyageurs est entré en collision avec un train de marchandises dimanche soir peu après 23h00 sur la ligne 125 Namur-Liège à hauteur de Saint-Georges-sur-Meuse. Le bilan est de trois morts et dix blessés, a rappelé le procureur.


François Bellot: "Il est trop tôt pour tirer des conclusions"

Le ministre de la Mobilité, François Bellot, a prévenu qu'il était encore trop tôt pour tirer la moindre conclusion.

"Les rumeurs quant aux éventuels manquements de la SNCB et d'Infrabel ne sont que des spéculations", a-t-il par ailleurs déclaré à l'issue de la visite du roi Philippe sur les lieux de la collision. "Tous les moyens financiers qui avaient été alloués en 2011-2012 à la mise en place des systèmes de sécurité TBL1+ et ETCS (European Train Control System) ont bien été consacrés (ou le seront), a insisté François Bellot. Le ministre de la Mobilité a également souligné qu'il faudra attendre les conclusions de l'enquête pour estimer si de nouvelles démarches dans ce domaine doivent être engagées.

Le ministre libéral a indiqué que quatre acteurs sont en charge de l'enquête, à savoir le procureur du roi, l'organe d'enquête du SPF Mobilité, la SNCB et Infrabel.

Différentes hypothèses sont plausibles pour expliquer l'accident. L'impact de la foudre qui a frappé les installations électriques quelques heures avant la collision a notamment été mentionné.

Le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire Infrabel a fait savoir que la boîte noire du train de passagers pourra être utilisée afin de déterminer les circonstances de l'accident. Il n'a par contre pas été précisé si celle-ci avait déjà été retrouvée.


Les ministres Bellot et Borsus seront entendus en commission de l'Infrastructure mercredi

La commission de l'Infrastructure de la Chambre entendra mercredi après-midi les ministres fédéraux de la Mobilité, François Bellot, et exerçant la tutelle sur le Service de Sécurité et d'Interopérabilité des Chemins de Fer (SSICF), Willy Borsus, à la suite de l'accident ferroviaire à Saint-Georges-sur-Meuse, a annoncé la présidente Karine Lalieux (PS).

Le SSICF est l'autorité nationale de sécurité des chemins de fer en Belgique. Il appartient par ailleurs à l'Organisme d'enquête sur les accidents et incidents ferroviaires, également sous la tutelle de M. Borsus, de mener une enquête sur l'accident survenu dimanche.


"La SNCB est en deuil", confie son CEO Jo Cornu

La société des chemins de fer SNCB est en deuil après l'accident ferroviaire survenu dimanche soir à Saint-Georges-sur-Meuse, a confié lundi son administrateur délégué Jo Cornu dans un message publié sur le réseau social Twitter. "Nos pensées vont à la famille et aux proches de toutes les victimes", écrit Jo Cornu. "Je souhaite également remercier tous les membres du personnel qui, cette nuit, ont fait le maximum pour aider les voyageurs et les services de secours."

Le gestionnaire de l'infrastructure Infrabel a également présenté ses condoléances aux victimes, à leur famille et à leurs amis.

Accident ferroviaire à Saint-Georges-sur-Meuse: l'enlèvement des wagons est en cours et se poursuivra mardi
©DR



Un registre de condoléances sera ouvert à Saint-George-sur-Meuse

Le bourgmestre de Saint-Georges-sur-Meuse, Francis Dejon, désire ouvrir un registre de condoléances en hommage aux victimes de l'accident de train survenu dimanche. Il compte demander à Jean-Michel Javaux, bourgmestre d'Amay, de lancer une initiative commune. Francis Dejon compte faire part au collège communal de Saint-Georges-Sur-Meuse d'accepter qu'un cahier de condoléances soit accessible aux concitoyens. Il prévoit prendre contact avec Jean-Michel Javaux afin de lancer une initiative commune. La décision sera prise mardi.