Brexit: des ressortissants britanniques de Bruxelles se renseignent sur la naturalisation

Depuis les résultats du référendum favorable au Brexit, les Britanniques de la capitale sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les administrations communales pour s'informer ou demander la nationalité belge.

Belga et AFP
Brexit: des ressortissants britanniques de Bruxelles se renseignent sur la naturalisation
©BELGA

Depuis les résultats du référendum favorable au Brexit, les Britanniques de la capitale sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les administrations communales pour s'informer ou demander la nationalité belge.

La Ville de Bruxelles a reçu depuis vendredi matin cinq demandes d'informations par e-mail, deux appels téléphoniques et une personne au guichet à ce sujet.

A Forest, deux demandes de naturalisation ont été introduites depuis les résultats du référendum.

A Ixelles également, une trentaine sur 1.510 ressortissants britanniques ont fait des démarches pour obtenir des documents, tandis que la commune de Watermael-Boitsfort (283 Britanniques) a reçu vendredi trois demandes de renseignements. Sept personnes se sont aussi déplacées jusqu'au guichet lundi et deux ont téléphoné. A Saint-Gilles, moins de cinq demandes d'informations ont été introduites, six à Woluwe-Saint-Lambert, et une quinzaine à Woluwe-Saint-Pierre.

A Etterbeek, une vingtaine de personnes se sont renseignées lundi. Deux demandes ont par ailleurs mené à une ouverture de dossier, et le service s'attend "à ce que le nombre de dossiers ouverts soit bien plus important dans les jours qui viennent". Le département "naturalisations" de la commune a d'ailleurs été renforcé ces dernières semaines, avec deux fonctionnaires au lieu de un. La commune précise que les demandes de renseignements étaient déjà plus importantes depuis quelques semaines.

Du côté d'Auderghem (364 ressortissants britanniques), cinq ou six demandes de renseignements sont parvenues à la commune depuis vendredi.

Jette a pour sa part reçu divers appels et cinq personnes au guichet lundi. Aucune demande n'est encore parvenue à Molenbeek, qui compte 140 ressortissants britanniques.

La commune d'Uccle, qui compte environ 800 Britanniques, a déjà enregistré onze demandes de naturalisation en deux jours, selon l'échevin de la Population.

La loi modifiant le code de la nationalité est entrée en vigueur le 1er janvier 2013.


Plusieurs citoyens britanniques de Waterloo intéressés par un changement de nationalité

Si cinq citoyens britanniques résidant à Waterloo se sont intéressés dès vendredi aux modalités d'un changement de nationalité, dix autres l'ont également fait ce week-end. Ce qui porte à quinze le nombre de démarches de ce type pour la seule commune de Waterloo. Cela constitue un chiffre tout à fait exceptionnel, selon l'officier de l'état civil de Waterloo, l'échevin Yves Vander Cruysen (MR). Celui-ci prévoit, au nombre de coups de fil reçus, que ce chiffre va encore s’accroître dans les jours qui viennent.

Un phénomène qui s'explique évidemment par le vote positif intervenu au Royaume-Uni en fin de semaine dernière sur le Brexit. "La plupart habitent Waterloo depuis de longues années, y ont un travail et une vie sociale. Ils sont inquiets et furieux. Furieux car, en qualité d'expatriés, ils n'ont pas eu droit au vote. Inquiets car s'ils restent sujets britanniques, ils risquent de devoir faire bien des démarches notamment en matière de permis de travail, voire de fiscalité", confirme l'échevin waterlootois Yves Vander Cruysen.


Après le Brexit, le passeport irlandais est très demandé

Le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'UE a fait bondir lundi le nombre de demandes pour obtenir un passeport irlandais, porte d'entrée dans l'Union européenne pour leur détenteur, selon des officiels irlandais.

Une porte-parole de la Poste du Royaume-Uni, qui traite les demandes, a indiqué avoir enregistré "un nombre inhabituellement élevé de gens en Irlande du nord qui demandent un passeport irlandais, sans que nous ayons un nombre précis".

Le passeport irlandais permet de chercher du travail dans un autre pays de l'UE sans permis, d'utiliser les services de santé et de bénéficier des prestations sociales dans tous les pays du club.

Le Royaume-Uni devra négocier son divorce avec l'UE, un processus qui peut prendre jusqu'à deux ans, pendant lesquels rien ne va changer.

La discussion sur le passeport irlandais bat déjà son plein sur les réseaux sociaux: @Saraita101 a envoyé la photo d'un panneau à la poste centrale de Belfast disant: "Vu le nombre de demande de formulaires de nationalité, ils sont épuisés. Une demande en urgence a été faite et de nouveaux arriveront mardi".

La plupart des demandes émanent de la province britannique d'Irlande du nord. Toute personne née sur l'île avant le 1er janvier 2005 est autorisée à obtenir la nationalité irlandaise.

Un parent né en Irlande donne automatiquement droit à la nationalité, voire même si l'un des deux parents était irlandais au moment de la naissance.

Quelque 430.000 Irlandais vivent en Grande-Bretagne où une personne sur quatre a un lien avec l'Irlande, selon le recensement de 2011 du département irlandais des affaires étrangères et du commerce.

Le ministère a fait valoir que "les Britanniques n'ont pas urgemment besoin d'un passeport d'un autre pays membre de l'UE".